Accueil Economie PMUG : Legé ras-le-bol des délégués commerciaux

PMUG : Legé ras-le-bol des délégués commerciaux

PARTAGER
DR.

Apres avoir pris d’assaut  leur siège de Libreville lundi dernier, pour revendiquer un meilleur traitement de la part de leur administration relatif  aux horaires de travail qu’ils trouvent contraignants ; les 9,5% retirés sur la commission et une augmentation des commissions qui leur sont redistribuées,   les délégués du Pari Mutuel Gabonais(PMUG), ont finalement regagné le chemin du travail mardi dernier. Ce,  après négociations avec leur direction.

Au cours de leur rencontre avec l’administration, semblerait-il que les délégués  ne se soient  pas concertés au préalable sur leurs points de revendications d’après les propos du directeur adjoint, chargé du commercial, Etienne Mambenda : « Informés de leur mouvement, nous sommes entrés en négociation avec eux pour savoir quelles sont leurs revendications. Nous avons été surpris de constater qu’ils ne se sont pas concertés au préalable, mais surtout qu’il n’y avait pas de cahier avec des revendications ». Chose qui n’a pas entaché le bon déroulement des négociations.

C’est ainsi que les points de revendication soulevés par les délégués du PMUG,  notamment:  le retrait des 9,5% sur la commission des délégués, les grévistes  ont été instruits qu’il s’agit d’une retenue à la source régie par une Loi de Finances. Notamment une disposition de l’article 182 du code général des impôts qui le recommande dans son édition du code 2015. S’agissant des  horaires  de travail quant à elles, le directeur général adjoint  a précisé qu’elles ne sont que  la conséquence de l’ajout dune deuxième course du Quarté réclamée par les parieurs. D’ailleurs, a révélé Etienne Mambenda, les délégués  avaient  accepté de commercialiser cette deuxième course.  

Enfin pour  les taux de reversement de leur pourcentage, le directeur général a indiqué qu’ils sont entrain de travailler sur ce problème. Les délégués du PMUG bien qu’ayant repris le travail, restent tout de même en alerte.

PARTAGER