Accueil Economie Plan de relance de l’économie 2017-2019: bilan mitigé

Plan de relance de l’économie 2017-2019: bilan mitigé

PARTAGER
Le premier ministre, chef du gouvernement Isoze Ngondet/pyramidmédigabon.

Lors de la restitution du rapport d’exécution du plan de relance de l’économie pour 2017 à l’administration par le chef du gouvernement, un bilan mitigé des résultats a été fait par ce dernier.

C’est à l’immeuble Arambo ce 23 avril, que le chef du gouvernement, Emmanuel Issoze Ngondet, a présenté le rapport de suivi du bilan de la première année du plan de relance de l’économie (PRE). « Un an après son exécution, les résultats obtenus sont globalement positifs. En effet, par rapport à la situation observée en 2016, la réduction progressive du déséquilibre du budget de l’Etat d’une part, et le maintien d’une croissance positive d’autre part, sont à inscrire au crédit de notre action en 2017. Une année pourtant extrêmement difficile. Sur ces actions en faveur du rétablissement de l’équilibre des finances publiques, la confiance des partenaires financiers internationaux a été bénéfique à notre pays. Car convaincu de la pertinence du PRE, ces derniers nous ont accordé un appui substantiel de 552 milliards de FCFA», a indiqué le chef du gouvernement Emmanuel Issoze Ngondet.

Cependant, ce dernier a tout de même reconnu que ces aspects encourageants doivent être relativisés, en dépit des efforts fournis dans de nombreux programmes, les objectifs sont loin d’être atteints. « S’agissant de l’optimisation des recettes, nous déplorons le fait que la collecte des recettes publiques hors pétrole a été inférieure aux attentes. En effet, l’objectif intermédiaire de 14% du PIB n’a pas été atteint. Les recettes collectées en 2017 ont représenté 12,7% du PIB. C’est là un motif de préoccupation et de vigilance. Il nous faut donc faire davantage pour atteindre les objectifs visés en 2018. (…) Car en matière d’amélioration du climat des affaires, notre ambition, faut-il le rappeler, est de figurer dans le top 10 des pays les plus réformateurs d’Afrique. C’est une exigence du chef de l’Etat », a-poursuivi le chef du gouvernement.

Il est ainsi recommandé aux différentes administrations de redoubler d’effort. Selon les autorités, pour faire du PRE un véritable succès d’ici la date butoir, il serait temps de sortir des discours, des séminaires et des ateliers, pour enfin réaliser. Et pour cela, il est indispensable d’aller chercher des investisseurs là où ils se trouvent aux fins de mobiliser les financements nécessaires à la relance économique.

Daisy Ntongono 

 

PARTAGER