Accueil Economie Olam-Gabon et l’infrastructure portuaire de dernière génération.

Olam-Gabon et l’infrastructure portuaire de dernière génération.

PARTAGER
Une partie du Port d'Owendo, construit par Olam Gabon/(c)pyramidmediagabon.

Spécialisé dans le secteur agro-alimentaire, le Groupe international Olam, a décidé de sortir de sa zone d’investissement habituel, en dotant le Gabon d’une infrastructure portuaire de dernière génération.

Vraisemblablement, le nouveau port d’Owendo, le Gabon est le premier pays dans lequel, le groupe Olam fait un investissement hors secteur. Habitué à investir dans le secteur agroalimentaire, Olam vient de réussir un exploit, celui de doter le Gabon d’un port de dernière génération construit tout juste en 18 mois. «Le port d’Owendo a été construit dans l’esprit du développement du tissu économique local, et dans le but de rabaisser certains coûts considérés avant comme des coûts marginaux ou encore hors marché pour la partie logistique au niveau du Gabon. Et avec la construction de ce port, le Gabon a connu un rabais de 25% sur les frais de manutentions et des taux d’acconage», a déclaré le responsable Commercial, Dany Menga. Grâce aux moyens logistiques et techniques dont le port d’Owendo est doté, celui-ci est aujourd’hui en mesure de manutentionner les navires à quai, de faire tout ce qui concerne la déclaration en douane, mais aussi le transport routier qui nécessite, entre autre, les remorques.

Malgré le différend entre Olam Port et son concurrent le groupe Bolloré, les responsables de cette infrastructure affirment néanmoins, que la Cogestion du port d’Owendo se fait en toute quiétude. « Nous avons cédé toute l’activité des conteneurs entrée et sortie du territoire c’est à dire l’import-export à la compagnie Bolloré, et comme aujourd’hui le terminal est séparé en deux parties, c’est d’un commun accord que GSEZ et Bolloré ont convenu de pouvoir exploiter ce port. Le port d’Olam s’occupe essentiellement de tout ce qui concerne le conventionnel. Néanmoins, nous pensons que malgré la cogestion avec le groupe Bolloré, Olam port reste cependant capable d’accroitre et de développer le marché local. Notre objectif, est de pouvoir développer un secteur d’activité porteur », a précisé le responsable commercial.

L’impact réel du nouveau port d’Owendo dans l’économie gabonaise, selon les responsables d’Olam port, est de créer de l’emploi, mais aussi d’attirer de nouveaux investisseurs. C’est aussi une occasion de contribuer au développement du pays par la construction ou la réhabilitation des routes. La construction des chemins de fer, pour une exploitation plus dynamique des carrières minières. Ce qui est une valeur ajoutée à l’économie gabonaise. Et les attentes à long terme sont bien évidemment « de créer plus d’emplois, être le meilleur sur le secteur portuaire et pourquoi pas devenir le premier port de toute la sous-région ou encore du monde ». a conclu Dany Menga.

Daisy Ntongono

PARTAGER