Accueil Economie Mesures d’austérité: Ceux d’en haut, d’en haut doivent payer…

Mesures d’austérité: Ceux d’en haut, d’en haut doivent payer…

PARTAGER
DR.

Les prétendues mesures d’austérité du gouvernement ne règleront pas les problèmes économiques du Gabon. La crise économique et financière du pays s’explique, en partie, par les choix hasardeux de ceux qui ont dirigé le pays de 2009 à 2016. On ne reviendra pas sur les statistiques et autres chiffres pour montrer la dégringolade du pays en termes de dette extérieure et intérieure, de l’explosion des charges salariales due aux agences et cabinets ministériels fantoches et des investissements non stratégiques pour le pays.

L’une des causes principales de la débâcle des comptes publics du Gabon, c’est l’enrichissement exponentiel d’une élite politique au service d’un seul homme : Ali Bongo Ondimba. Ce groupe de personnes, arrivé au pouvoir dans le sillage d’Ali Bongo en 2009, a mis en place un système élaboré de prédation de l’argent public.

C’est ce même groupe qui est encore autour d’Ali Bongo. Cette caste de copains et de coquins savent très bien qu’un relèvement et redressement économique du pays ne passe pas par la série de mesurettes prises par le gouvernement. Une vraie relève et relance de l’économie ne peut venir que d’une opération grandeur nature de rapatriement de l’argent public détourné et caché dans des paradis fiscaux dont eux- mêmes ont le secret. A cet effet, la nébuleuse DELTA SYNERGIE devrait faire l’objet d’une enquête minutieuse pour savoir d’où provient tout l’argent capté par cette sorte de holding aux contours mystérieux. Les chantiers non terminés, laissés à l’abandon, sont le fait de ces personnes qui ont détourné l’argent du contribuable gabonais pendant huit ans, sans aucun résultat positif pour le pays.

Ce n’est pas l’opération Mamba, lancée informellement par le pouvoir qui résoudra le problème de la corruption, des détournements de fonds publics et du clientélisme au Gabon. Les Ngambia, Wada, Ngoubou, Ossiami et autres qui croupissent pour détournement de deniers publics  ne sont que les faire valoir d’un clan de cleptomanes, pour qui l’impunité est un art de vivre.

Tout d’abord, si on veut honnêtement assainir les finances publiques, il faut enquêter sur cette fameuse légion étrangère qui était au côté d’Ali Bongo et qui l’est toujours. Comment ces personnes connues de l’opinion nationale ont pu s’enrichir aussi rapidement en huit ans ?

Ensuite, s’interroger sur le rôle réel de DELTA SYNERGIE dans l’économie nationale. Ce n’est pas en réduisant le salaire du fonctionnaire moyen, en supprimant la main d’œuvre non permanente et en bloquant pendant trois ans et plus les concours et recrutements dans la fonction publique que le pays se redressera.

A côté de la légion étrangère, il y a ces concitoyens, hauts cadres de l’administration gabonaise qui ont pillé, détourné et saccagé le patrimoine de l’Etat Gabonais pendant sept ans. Les immeubles gargantuesques qui poussent ici et là à Libreville, voire dans certaines localités du pays, montrent la voracité avec laquelle les deniers publics ont été détournés.

Dans une République une et indivisible, irréprochable, ce sont les fautifs qui sont sanctionnés et non le simple citoyen honnête qui gagne sa vie à la sueur de son front.

 

PARTAGER