Accueil Economie Mesures d’austérité : « le Gabon se porte bien »

Mesures d’austérité : « le Gabon se porte bien »

PARTAGER
Les deux membres du gouvernement face à la presse/gabonreview.

Le ministre d’Etat en charge du Budget, Jean Fidèle Otandault, a, à l’occasion de la présentation de la loi des finances rectificative 2018 et les mesures de redressement des finances publiques, indiqué que le Gabon ne connait ni crise encore moins une cessation de payement. C’était le 05 juillet dernier dans le cadre d’une rencontre conjointe avec son collègue de la communication Guy Bertrand Mapangou et la presse.

Les dernières mesures prises par le gouvernement que certains ont vite fait d’interpréter à leur manière, ont emmené le gouvernement à réagir. Connaissant certainement bien l’état de la trésorerie du pays, Jean Fidèle Otandault,  ministre d’Etat en charge du Budget et des comptes publics, a, à l’occasion  de la présentation de la loi des finances rectificative 2018, indiqué que le Gabon ne connait ni crise, encore moins de cessation de payement. C’était, le 05 juillet dernier, dans le cadre d’une rencontre avec la presse.  . «Un pays en crise ne produit plus, ne paye plus ses fonctionnaires, ne dégage pas une croissance positive comme c’est le cas en 2017. Et en 2018, nous projetons également une croissance positive. A travers ces aspects, il est évident que le Gabon n’est pas en crise ».

Pour le patron du budget dans le gouvernement Issoze Ngondet 3, pour qu’il y ait cessation de payement, il faut une impossibilité de faire face à son passif exigible par l’actif réalisable et disponible.

S’agissant de la présentation de la loi des finances rectificative 2018 et les mesures de redressement des finances publiques, celles-ci ont été présentées sur quatre points Évolution des recettes et des dépenses budgétaires de 2013 à 2018», «Nécessité d’une loi de finances rectificative 2018», «Principales orientations de la Loi de finances rectificative 2018» et un «Focus sur les mesures»

PARTAGER