Accueil Economie Masse salariale : le sujet d’Ali Akbar Onanga Y ‘obeghe

Masse salariale : le sujet d’Ali Akbar Onanga Y ‘obeghe

PARTAGER
Ali Akbar Onangae/©DR

L’actuel ministre de la fonction publique est revenu longuement, le 12 juillet dernier, sur les mesures prises par le gouvernement. Il s’est penché sur la nécessité de réduire les salaires.

Il faut dire que les mesures prises par le gouvernement ne cessent de fustiger les fonctionnaires gabonais. ET à mesure que les voix s’élèvent pour bouder ces mesures, les membres du gouvernement sont obligés de sortir de leur réserve, afin d’expliquer le mieux possible cette nécessité. C’est le cas du ministre de la fonction publique, Ali Akbar Onanga Y’obeghe. Qui, au cours d’une déclaration sur la maitrise et l’optimisation de la masse salariale, est revenu sur les questions qui semblent appeler à la révolte.

A en croire le patron de la fonction publique, ces mesures sont  classées en deux catégories, il y a d’une part, les mesures conjoncturelles et les mesures structurelles, d’autre part. Celles-ci visent «  à engranger des économies et les orienter vers le financement des politiques publiques bénéfiques aux couches sociales des plus vulnérables.

«Les agents publics doivent bien comprendre que le gouvernement se mobilise en leur faveur pour garantir les bonnes conditions  de travail, le principe d’un parcours professionnel ascendant, la qualité du service, la dignité de l’argent public, le versement  régulier des salaires. C’est dans cette optique, qu’est mise en œuvre  la refondation du système de gestion de l’argent  public tant sur le plan conjoncturel que structurel », a indiqué le membre du gouvernement

Il  faut dire que dans cette logique, plusieurs mesures ont été prises et sont au nombre de 30 et il y a notamment l’application des décotes de traitement de l’ensemble des institutionnels et autres autorités  administratives, les rémunérations des cabinets et les autres fonctions administratives ; la dénonciation de contrats de tous les fonctionnaires maintenus  en activités ayant plus de 60ans et des contractuels de plus de 60ans, la mise à la retraite immédiate des agents absents pour cause de maladie de longue durée, pour ne citer que ces mesures.

Dans ces lots de mesures, il y a également entre autres, l’interdiction de recrutement de la main d’œuvre non permanente ; le gel des recrutements en qualité de contractuels hors statut des agents déjà à la retraite, le gel de concours, des mises en stage, des titularisations, avancement et reclassement pour une durée de trois ans.  La liste est loin d’être exhaustive.

Selon le gouvernement, cela permettra d’ enregistrer d’énormes économies, car ces mesures vont amoindrir la masse salariale estimée à plus de 700milliards, qui représente au moins près de 60% des recettes fiscales.

PARTAGER