Malversations financières à La Poste SA : Alfred Mabicka Mouyama accuse

Malversations financières à La Poste SA : Alfred Mabicka Mouyama accuse

506
0
PARTAGER
Alfred Mabicka; et ses deux ouvrages

Comme prévu, Alfred Mabicka Mouyama, ancien PDG de La Poste SA, a présenté hier devant la presse parisienne, ses deux ouvrages intitulés : ‘’Du cœur à l’Ouvrage’’ et ‘’La Poste au Gabon ‘’ : ‘’Controverses et Manipulations politiques’’. Deux ouvrages qui parlent de la gestion de la Poste SA. L’ancien  baron du système a pointé un doigt accusateur à l’endroit de certains  membres du gouvernement.

Le premier nom cité lors de son échange avec la presse parisienne, est celui de Franck Emmanuel Issozé Ngondet, l’actuel chef du gouvernement gabonais. A l’époque ministre du budget, Alfred Mabicka Mouyama l’accuse d’être à l’origine des malversations qui ont emmené la Poste SA, dans une incertitude qui ne dit pas son nom. Alfred Mabicka en veut pour preuve, la signature d’un contrat par Issozé Ngondet, avec la société Internet Gabon au nom de la Poste, à son insu. L’ancien patron de La Poste SA explique qu’entre 2011 et 2012, Issosé Ngondet avait milité à ce que La poste SA ne perçoive pas ses subventions allouées par l’Etat. Sans l’accord de la direction de La Poste, Issozé Ngondet signe un protocole d’accord avec internet Gabon, avec qui la Poste est en conflit. Ainsi, Franck Emmanuel Isosé Ngondet avait pris l’engagement de payer Internet Gabon à hauteur de 2.204.654.685 FCFA. Ce, alors même que la Poste elle-même avait déjà reversé à la société Internet Gabon une enveloppe de 1.152.000.000fcfa, pour l’acquisition des équipements. Alfred Mabicka Mouyama fait même remarquer que malgré ce versement, lesdits équipements n’avaient toujours pas été livrés à La Poste.

Une situation qui a dû pousser la Poste à prendre attache avec une autre entreprise : une société chinoise,  arrivée en deuxième position dans l’appel d’offre. A cet effet, la Poste SA s’est vu à nouveau débourser une somme de 1,876 milliard. Autant dire que l’actuel premier ministre, chef du gouvernement s’était doté d’un système de malversations qui a sérieusement cloué La Poste SA. Sauf qu’après son départ du ministère du Budget, cette malversation n’a malheureusement pas pris fin. Alfred Mabicka Mouyama fait remarquer  que jusqu’à son départ de La Poste, l’entreprise dont il avait la charge, ne parvenait toujours pas à rentrer en possession de ses subventions allouées par l’Etat. ‘’J’accuse donc notamment M Issozé Ngondet d’avoir privé la Poste de sommes importantes, qui ont eu un impact négatif sur la possibilité des épargnants de disposer de leurs fonds et sur le redressement de l’entreprise’’.

Il a profité de cette occasion également pour citer quelques noms, auteurs des malversations à la Poste SA, notamment Maixant Accrombessi et Alain Claude Billie Bi Nzé. S’agissant de l’actuel ministre de la communication, M.Mabicka fait remarquer que le très volubile porte parole du gouvernement ‘’est l’un des fossoyeurs de la République, en 2006, il prenait l’argent des CCP, comptes chèques postaux, il profitait du fait que le gérant de l’agence était de la même province que lui. Nous étions trois à le savoir : Omar Bongo, Paul Toungui et Moi», dénonce Alfred Mabicka Mouyama.

Autant dire que c’est un nouveau rebondissement dans ce qu’il convient d’appeler : La Poste et le grand banditisme d’État.

Boris Biyoghe

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE