Liberté économique 2017 / Le Gabon classé à la 103e place mondiale...

Liberté économique 2017 / Le Gabon classé à la 103e place mondiale La confirmation de la triste réalité de l’économie gabonaise

235
0
PARTAGER
DR.

L’économie gabonaise depuis plusieurs années tourne au ralentie. Toutes les mesures et reformes prises par les autorités pour relancer les activités et l’économie semblent  n’avoir  pas donné les résultats escomptés. Ainsi, sur une échelle comprise entre 0 et 100, le Gabon, avec une note de 58,6 s’est vu classer 13e en Afrique et 103e dans le monde. Un classement peu élogieux, qui vient mettre en lumière la triste réalité de l’économie gabonaise.

Produit par l’indicateur de performance économique, Héritage Fundation, le classement sur l’indice de  liberté  économique 2017, présente une image de l’économie gabonaise

pas très reluisante. Des procédures de création d’entreprises ardus, des taxes douanières trop élevées, et un environnement fiscal contraignant pour les entreprises, avec des taux d’imposition pour les sociétés très excessif. Tel sont entre autres,   les grandes  composantes qui expliquent la dégringolade du Gabon dans ce classement.  Un classement qui  vient  exhumer de façon claire, la réalité de l’économie économie gabonaise.  Pour les questions liées à la liberté de faire les affaires, l’indicateur de performance économique note qu’il y a trop d’obstacle qui concoure chaque  jour à l’inefficacité de l’économie et qui demeure toutes ces années, un frein à la liberté de faire des affaires dans le pays.  S’agissant de la liberté de faire des affaires, Héritage Fundation indique que « le cadre réglementaire est encore confronté, pour les entrepreneurs potentiels, à des obstacles bureaucratiques et procéduraux  important. La réglementation du travail est obsolète et appliqué de façon incohérente  » Et d’ajouter que «  Conformément aux recommandations  du FMI,   le Gabon a éliminé les subventions aux carburants en février 2016 après une baisse spectaculaire des recettes pétrolières, mais l’Etat continu d’influencer les prix grâce à des subventions aux entreprises publiques et au contrôle direct des prix des autres produits » affirme la fondation.

Des affirmations qui viennent balayer d’un revers de la main, tous les grands discours des autorités, en ce qui concerne l’attractivité de l’économie du pays. Ces propos de la fondation démontre également que, l’économie gabonaise se porte très mal, et que les restrictions et les reformes mises en place par le gouvernement ne permettent pas un meilleur  redécollage de l’économie. Au contraire, ces dernières ne font que  contraindre les investisseurs à mettre la clé sous le paillasson.  Avec pour corollaire, la baisse d’activité et le chômage sans cesse grandissant dans le pays depuis quelques années. En effet, les critères d’évaluation économique se basent sur 4 domaines tels que : la règle de droit (droits de propriété, niveau de corruption), le rôle de l’Etat (liberté fiscale, les dépenses du gouvernement), l’efficacité des réglementations (liberté du travail, liberté de l’entreprise, liberté monétaire), l’ouverture des marchés (liberté commerciale, d’investissements et financière). Des critères qui sont bien loin de la réalité de l’économie gabonaise. Car, la corruption et  la partialité des instances judiciaires sont des critères qui ont détérioré le climat des affaires et freine la compétitivité dans le pays. Ainsi, ce nouveau classement d’Héritage Fndation, n’est que la parfaite illustration de l’état dans lequel se trouve l’économie gabonaise ces dernières années.

ADN         

 

 

 

 

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE