Accueil Economie Le FMI accorde un ‘’cadeau empoisonné’’ au Gabon

Le FMI accorde un ‘’cadeau empoisonné’’ au Gabon

PARTAGER
©DR.

Le 19 décembre dernier, le Conseil d’administration du Fonds monétaire international (FMI), a achevé la troisième revue du programme économique du Gabon appuyé par un accord élargi au titre de mécanisme élargi de crédit (MEDC) cette troisième revue a permis le décaissement immédiat de 99 millions de dollars. Ce qui porte le total décaissé de cet accord à 285.72 millions de dollars.

Il est à rappeler que l’accord élargi triennal en faveur du Gabon, d’un montant d’environ 642 millions de dollars au moment, a été approuvé par le conseil d’administration le 19 juin 2017. Il a pour objectif : de rétablir la stabilité macroéconomique et de jeter les bases d’une croissance inclusive. Il cherche aussi à assurer la viabilité de la dette au niveau national et à contribuer à la stabilité extérieure de la Communauté économique et monétaire d’Afrique centrale (CEMAC).

Pour le Directeur général adjoint et président par intérim du FMI : « Les résultats obtenus par le Gabon dans le cadre de l’accord MEDC se sont améliorés. Les autorités ont pris des mesures importantes et difficiles pour maintenir le programme en bonne voie en dépit des élections législatives d’octobre 2018 », a-t-il encouragé. Avant de jeter un bémol : « Cependant, la reprise économique demeure fragile et il est nécessaire de poursuivre l’assainissement des finances publiques et d’opérer des réformes cruciales pour réaliser une croissance vigoureuse et durable », a-t-il déploré.

Mais la question que se posent de nombreux Gabonais est celle de savoir à quoi servira ce cadeau de Noël aux Gabonais, alors que celui-ci traverse la plus grande crise politique de son histoire.  Selon certaines sources proches du Trésor publics, l’Etat gabonais aurait déjà décaissé plus de 30 milliards de FCFA au titre de frais spéciaux. Avec l’absence prolongée, au pays du Chef de l’Etat, beaucoup se demandent si cet argent ne servira pas à enrichir encore un peu plus ceux qui sont à l’origine aujourd’hui de nombreux détournements ?

Alors, le FMI veut-il étrangler le Gabon, en lui octroyant des moyens financiers qui prendront un autre chemin, et dont les générations futures contribueront à rembourser ? Là gît le lièvre.

LMA

PARTAGER