Accueil Economie Le Covid-19 et sa note!

Le Covid-19 et sa note!

PARTAGER
Le Covid-19 et sa note! ©DR

Indéniablement, la pandémie qui sème la mort sur la planète depuis la fin de l’année 2019, laissera un désastre à la fin du fléau, et Dieu seul sait à quel moment le monde finira de compter les morts et les cas contaminés. Et les blessures auront du mal à se cicatriser, dans un contexte où le Coronavirus a bloqué la quasi-totalité des activités, surtout, celles génératrices de revenus.

Ici, la question est de savoir comment les petits Etats aux économies mal structurées, vont-t-ils s’en sortir ? Comment sera le monde de l’après Covid-19 ? Bien malin qui peut répondre avec exactitude, à cette interrogation. A mon humble avis, avant de songer à l’avenir, disons-le tout net : « il sera impossible de rattraper  toutes les pertes économiques que va générer le coronavirus ».

Déjà que pendant que la pandémie bat son plein, les grands Etats, ces pays-là qu’on pensait être à l’abri de toute éventualité, même apocalyptique, sont dépassés. Systèmes de santé, qu’on croyait hyper structurés et équipés, en faillite et débordés. Au point que même le simple masque, élément essentiel dans le cadre des mesures barrières de la lutte contre le Covid-19, a fait défaut. « Les médecins et chercheurs qui se livrent en spectacle sur les éventuels protocoles à suivre dans la prise en charge des malades. Le covid-19 a véritablement montré les limites de l’humain ».

Dans cette ambiance pandémique mondiale, il est clair que les petits Etats africains dont les gouvernants ont fait le choix de se faire traiter médicalement ailleurs plutôt que de construire et équiper les structures hospitalières dans leurs différents pays, risquent gros dans l’après Covid-19. Déjà que la gestion de la pandémie par nos pays est calamiteuse.

A constater seulement la manière désordonnée avec laquelle les dons alimentaires sont partagés. De plus, toutes les mesures économiques prises dans le cadre de la lutte contre la pandémie, demeurent, pour la plupart, invisibles. Alors même que le pic de l’épidémie n’est pas encore atteint. Au Gabon, où les statistiques officielles au soir du 5 mai affichaient 397 cas, 93 guéris et 6 décès,  le pic de la pandémie pourrait être atteint, selon l’OMS, entre fin mai et mi-juin 2020.

Pendant ce temps, les mesures barrières, notamment le port obligatoire du masque et la distanciation sociale ont du mal à être respectées par les populations. Conséquence, l’OMS indique que si ces mesures basiques sont inefficaces, notre pays pourrait atteindre les 12.000 cas d’ici août prochain. Ce qui signifie aussi une hausse des décès dus au coronavirus. Triste !

PARTAGER