Investissement au Gabon 61 milliards de FCFA pour la réhabilitation du Transgabonais

Investissement au Gabon 61 milliards de FCFA pour la réhabilitation du Transgabonais

232
0
PARTAGER

L’Agence française de développement (AFD) a signé le 15 décembre dernier, une convention avec les autorités gabonaises pour la réhabilitation du Transgabonais, pour près de 61 milliards de FCFA.

Depuis trois ans, la SETRAG connait des problèmes de fonctionnement et de financement, faute pour ERAMET, l’actionnaire majoritaire, d’avoir véritablement mis en pratique ses engagements dans la réhabilitation et la relance de ses activités. Pour donc enfin permettre au chemin de fer  gabonais de connaitre une cure de jouvence,  en pleine crise économique et conscient de la concurrence avec l’accroissement des investissements chinois au Gabon, l’AFD s’est engagé à rénover 70 km de chemin de fer, pour un coût global du de 271 milliards de nos francs.

Pour l’ambassadeur de France, Dominique Renaux, cette convention illustre la volonté des entreprises françaises à poursuivre leurs investissements au Gabon et de redresser la situation opérationnelle et financière de la SETRAG. « L’objectif principal du projet est de redresser la situation opérationnelle et financière de la SETRAG, avec deux objectifs spécifiques qui sont de rétablir le niveau de service de la ligne et la qualité de gouvernance de la SETRAG. Il s’agira donc de réduire les coûts opérationnels, d’améliorer la fiabilité et la disponibilité du transport, de permettre un accès équitable à tous les utilisateurs  et de restaurer la capacité  de la voie à son niveau initial, pour absorber l’augmentation futur du trafic », a-t-il indiqué.

Si ces objectifs paraissent intéressants et très importants pour le bon déroulement des activités de la Setrag, il reste cependant à mettre en œuvre ces objectifs, surtout quand on sait que l’AFD exige une révision du contrat de concession, pour renforcer le service public ferroviaire et assurer l’équilibre de l’activité du voyageur. De même qu’on évoque la restructuration interne de l’entreprise, pour insuffler un nouveau dynamisme à l’entreprise en mettant l’accent sur la formation du personnel. Et enfin, établir un nouveau programme d’investissements matériels. Des reformes qui laissent penser qu’au sein de la SETRAG, il va y avoir des grands changements structurels, pouvant aller jusqu’au licenciement.

Il est à rappeler que depuis que le cabinet Vecturis  a démarré  le processus de reforme à SETRAG, les choses iraient de mal en pis. Ce cabinet, à ce qu’il semble, rencontrerait des problèmes pour arriver à réorganiser l’entreprise. Il se dit que des agents de maitrise seraient devenus des cadres, sans que des passerelles claires, pour que cette transition se fasse, soient définies.

S’il est vrai que ce nouveau partenariat marque la poursuite de la coopération entre le Gabon et l’Agence Française de Développement, il n’en demeure pas moins que la réorganisation qui est en train de se dérouler à la SETRAG, entrainera des nouveaux soulèvements sociaux, qui risquent de paralyser à nouveau la structure.

ADN

 

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE