Accueil Economie Import- export en zone CEEAC: Le Gabon toujours hésitant !

Import- export en zone CEEAC: Le Gabon toujours hésitant !

PARTAGER
DR.

L’ouverture des frontières au sein des sous-régions d’Afrique se présente  désormais comme un impératif pour tous les pays africains. Le Gabon, qui appartient à plusieurs sous ensemble d’Afrique centrale, semble encore être dubitatif, en dépit des avantages que cette ouverture pourrait offrir au pays.

 Pour permettre aux différents  Etats et consommateurs des sous- région d’Afrique, de tirer profit du potentiel économique des pays frontaliers et offrir un marché vaste et solvable aux consommateurs desdites sous régions, l’Union Africaine avait  signé le 21 mars 2018 Kigali (Rwanda), un accord de libre-échange continental. Et depuis la signature de cet accord, chaque pays membre s’attèle à mettre en place les  outils et textes capables de favoriser les meilleurs échanges dans la sous -région d’Afrique Centrale. 

 Au Gabon, les experts et opérateurs économiques sont encore au stade de l’organisation des réunions et à l’étude des procédures. Toute chose qui laisse penser que la mise en place de cette zone de libre- échange ne serait  pas une préoccupation pour le gouvernement. Et pourtant, à en croire les experts l’ouverture au marché de la CEEAC et de la CEMAC, offre pour des pays comme le Gabon, qui est dans une phase de relance de son économie, l’opportunité d’avoir un marché de plus de 100 millions de consommateurs et solvable eu regard au potentiel économique de certains pays membres de la CEEAC.

Ainsi, la mise en place des zones de libre- échange dans la sous- région d’Afrique Centrale ne serait pas d’actualité dans le pays. Une hésitation, qui ne peut que constituer un frein au processus de diversification de l’économie dans lequel s’est lancé le Gabon.

ADN

PARTAGER