Imagine Gabon/ Crise financière dans la zone CEMAC : les pistes de...

Imagine Gabon/ Crise financière dans la zone CEMAC : les pistes de solutions

435
0
PARTAGER
Les membres du gouvernement lors de la rencontre/pyramidmediagabon.

L’organisation ‘’Imagine Gabon » a organisé une conférence-débat, à l’occasion de son premier anniversaire,  le 1juillet dernier à Arambo (ministère de l’Economie). Cette rentre était animée par  Régis Immongault, ministre de l’Economie; Madeleine Berre, ministre de la Promotion des Investissements et Pr Ekomie, professeur agrégé à la Faculté des Sciences Economique (UOB). Cette conférence débat  dont le thème : « crise économique et financière dans les pays de la CMAC. Quelles solutions pour le Gabon ? », a pour  l’objectif : donner des éventuelles solutions pour une sortie de crise de la zone Cemac.

« La problématique de la crise qui frappe le monde en général et le Gabon en particulier concerne tout le monde. Elle ne concerne pas seulement le gouvernement. Notre rôle à  ‘’Imagine Gabon’’, c’est que tout le monde comprenne les mesures prises par les politiques. Notre rôle c’est relayer l’information, la bonne information, et faire remonter les préoccupations des populations auprès du gouvernement»,  a déclaré, Léandre Emmanuel Bouloubou, président d’Imagine Gabon, sur les objectifs fixés par l’organisation de cette conférence-débat.

Il ressort que les difficultés du Gabon ne proviendraient pas du simple fait de la baisse du prix du baril de pétrole. La baisse de l’économie se trouverait  dans le rythme d’augmentation des dépenses qui sont plus élevées  au détriment de la production. Pour le Pr Ekomie : « le marché du pétrole  va demeurer pendant longtemps dans cette situation ». Ainsi,  les défis à relever pour rehausser l’économie du Gabon sont: « le problème des finances publiques et l’environnement des affaires» a fait remarquer Régis immongault.

Les étudiants en majorité, venus prendre part à cette conférence-débat,  ont émis des doutes quant aux solutions proposées par les panélistes pour une sortie de crise.

 

 

 

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE