Accueil Economie Gabon : Le ministère du Pétrole, la poule aux œufs d’or ?

Gabon : Le ministère du Pétrole, la poule aux œufs d’or ?

PARTAGER
Le ministère du pétrole est très convoité/©DR

Alors que la rumeur sur un remaniement se fait jour, depuis le retour d’Ali Bongo Ondimba de Londres, le samedi 27 avril dernier, le ministère du Pétrole apparaît comme un des départements ministériels les plus convoités par certains ministres actuels et par ceux qui aspirent à le devenir.

Y aurait-il un remaniement ministériel ou un simple réaménagement technique du Gouvernement avant le 17 août ? Selon des sources généralement bien introduites au Palais du bord de mer, cette hypothèse semble crédible, car  »il faut bien que, dans le cadre des exigences du Fonds monétaire international (FMI) relatives à la pleine exécution du Plan de relance de l’économie (PRE), le Gabon réduise la taille de son gouvernement », affirme une des sources.

De 35 membres aujourd’hui, l’équipe gouvernementale Nkoghé Békalé pourrait être ramenée à 32, voire à 30. Dans cette optique éventuelle, si personne ou presque ne souhaite aller à l’Education nationale, beaucoup de postulants internes et externes se verraient bien au ministère de l’Economie, au ministère du Budget, ou surtout au ministère du Pétrole !

Relations directes avec les compagnies pétrolières opérant au Gabon

Ce département ministériel est au centre des relations avec les entreprises pétrolières qui opèrent au Gabon, et a sous sa tutelle, la compagnie pétrolière nationale, la GOC, qui vient d’annoncer d’excellents résultats pour 2018. Avec la remontée des cours du baril de pétrole, le ministère du Pétrole verse davantage de subsides dans le budget de l’Etat. Autant dire « une poule aux œufs d’or » ! Il a vu arriver à sa tête, ces dernières années, Alexandre Barro Chambrier, Etienne Dieudonné Ngoubou et Pascal Houangni Ambouroué. Les jours de ce dernier, à l’Immeuble du Pétrole, sont-ils donc comptés ? Nul ne peut le dire avec exactitude, mais, c’est vrai, ce département ministériel est très sollicité aussi bien par des ministres actuels que par un ancien opposant repenti et par d’autres encore, tel que cet ancien ministre originaire de la capitale économique.

Nommé en janvier 2017 lors d’un réaménagement technique du Gouvernement, suite au limogeage très bruyant et très retentissant d’Etienne Ngoubou, Pascal Houangni Ambouroué, alors ministre délégué à l’Economie, s’est résolument engagé en politique en entrant au Bureau Politique du Parti démocratique gabonais (PDG), lors du Congrès ordinaire de ce parti en décembre 2017, et en se faisant élire député du 1er arrondissement de Port-Gentil, lors des législatives des 6 et 27 octobre 2018.

 

PARTAGER