Accueil Economie Gabon : Journée des droits du consommateur et flambée des prix de gels...

Gabon : Journée des droits du consommateur et flambée des prix de gels de mains et de masques

PARTAGER
Flambée des prix des gels de mains et de masques/©DR

Les consommateurs du Gabon n’ont pas eu la chance de revendiquer leurs droits le 15 mars 2020 contrairement à ceux du reste du monde, la célébration s’étant limitée à une communication de la DGCC et le toilettage des plages qui ont été débarrassées des emballages plastiques. Cette célébration  d’un autre genre serait consécutive à l’avènement du Covid 19.

«La consommation durable », thème sous lequel la communauté internationale a célébré la journée mondiale des droits des consommateurs. Compte tenu de la surconsommation du plastique, notamment au niveau des emballages, les actions menées sur le terrain par la DGCC (la direction de la concurrence et de la consommation) ont essentiellement été axées sur le nettoyage des plages où échouent le plus souvent les déchets plastiques qui mettent en mal, la vie des humains; celle des de la flore et de la faune marine, tout en détruisant d’une certaine manière, l’environnement.

L’occasion était donc tout indiquée pour le Docteur Pierre Pedro Dianga Nganzi le Directeur de la consommation à la DGCC, de reconnaitre les méfaits du plastique «l’usage du plastique est devenu un véritable problème au Gabon» encore que très peu sont biodégradables. S’il est vrai que les plages ont fait leur toilette des grands jours, il n’en demeure pas moins que la sensibilisation de la population devrait suivre, pour un résultat plus probant.

 Pour coller à l’actualité et profitant de la situation, le Docteur Pierre Pedro Dianga Nganzi a fait mention du Covid 19, dénonçant d’une certaine façon, la flambée des prix des gels antiseptiques et les masques respiratoires constatée dans les espaces commerciaux et les pharmacies ; des produits servant à la protection contre cette épidémie « il y’a une flambée des prix des masques et des gels mais pour y remédier, nous sommes en négociation avec les opérateurs économiques ; certains de ces produits n’ étant pas fabriqués au Gabon, la DGCC doit veiller à la gestion des stocks pour éviter la pénurie ».  

Certains consommateurs pas forcement informés de leurs droits, auraient néanmoins voulu  être  davantage enseignés sur leurs droits : mais ça c’est probablement pour la prochaine édition.

JB

PARTAGER