Accueil Economie Entreprises publiques /SNI : Après Okologo w’Okambat, voici Kamonomono !

Entreprises publiques /SNI : Après Okologo w’Okambat, voici Kamonomono !

PARTAGER
DR.

 

C’est un changement auquel l’opinion s’attendait depuis  »l’inculpation » du directeur général sortant de cette société d’Etat. Mais alors que des cadres de l’entreprise s’attendaient à la promotion de l’un des leurs -notamment Séverin Epalapaye, le plus ancien parmi les cadres qui, plus est, est passé par le poste de directeur de Cabinet adjoint d’Omar Bongo- le Conseil des ministres a préféré y nommer quelqu’un qui venait d’être désigné comme directeur général du FNAS !

Ce ne sont pourtant pas les cadres qui manquent à la Société nationale Immobilière (SNI). Séverin Epalapaye est le plus ancien d’entre eux, et il est aussi du Hauit-Ogooué, le  »pays organisateur ». Il y a aussi des adjoints qui auraient pu être

promus à la tête de l’entreprise. Yvon Medoua Nzé, DGA 1, et Ruphin Ndjambou, DGA 2, neveu d’Idriss Ngari.

Mais la SNI a plutôt eu droit à un  »nouveau venu », Hermann Kamonomono, qui avait déjà été  »casé » puisqu’il occupait les fonctions de directeur général du Fonds national d’aide sociale (FNAS) depuis seulement cinq mois. Il prend donc la succession d’un  »frère », Juste-Valère Okologo w’Okambat,  »inculpé mais laissé en liberté », après avoir été cité avec Alain Ditona Moussavou, ancien directeur général de la Caisse des dépôts et consignations (CDC), dans l’affaire des détournements de deniers publics dans les lotissements Dorade (Port-Gentil) et Nyonié notamment.

Âgé de 39 ans, Hermann Kamonomono va donc s’atteler à prendre en main le grand (et sulfureux) dossier de construction des  »3800 logements laissés dans l’herbe », selon le mot de Bruno Ben Moubamba, alors vice-Premier ministre chargé de l’Habitat. Il va aussi se charger de redonner ses lettres de noblesse à une entreprise en panne d’idées et de projets. Il lui faudra aussi reconstruire l’image même de l’entreprise. Les Gabonais attendent de lui des résultats probants.

PARTAGER