Accueil Economie Entreprenariat local: Le programme de la fondation Tony Elumelu

Entreprenariat local: Le programme de la fondation Tony Elumelu

PARTAGER
Une vue de la séance de travail/©DR

Le jeudi 16 janvier dernier, au siège de l’Office National de l’Emploi (ONE), dans le cadre de l’édition 2020 du programme de promotion de l’entreprenariat en Afrique de la Fondation Tony Elumelu, la filiale gabonaise du groupe UBA, en partenariat avec l’ONE, a organisé une séance de présentation de ce programme aux entrepreneurs et demandeurs d’emploi.

L’objectif poursuivi était de présenter et d’encourager ceux des compatriotes, cherchant un emploi ou à s’auto – employer, à s’inscrire massivement à l’édition 2020 de ce programme afin d’obtenir un nombre plus important de candidats issus du Gabon, notre pays. « Les lauréats qui seront sélectionnés vont bénéficier d’un capital d’amorçage de 5.000 USD – environ trois millions de francs CFA -. Les différents lauréats auront l’opportunité d’ouvrir des comptes bancaires et l’idée de la fondation c’est de donner des outils nécessaires de façon à ce que lorsqu’ils vont recevoir le capital d’amorçage qu’ils soient capables de le gérer eux – mêmes », a indiqué le responsable de la communication et du marketing au sein du groupe bancaire, Ulrich Auxence Emane. Lui emboîtant le pas, le directeur administratif et de la stratégie à l’ONE, Séverin Lekoumba a renchéri en déclarant que « cette fondation nous offre aujourd’hui la possibilité de pouvoir financer sinon accompagner nos demandeurs d’emplois qui sont candidats à l’auto – emploi. Il s’agissait pour nous dans le cadre de notre dispositif ONE – entreprendre de partager avec nos demandeurs d’emploi des sources de financement qui existent notamment le financement mis à disposition par Tony Elumelu. Aujourd’hui, nous avons un objectif de sensibiliser 600 demandeurs d’emploi qui voudraient bien se lancer dans l’auto – emploi ». Des sessions de sensibilisation, d’information et d’inscription jusqu’au lundi 20 janvier dernier.

L’auto – emploi, l’alternative au chômage  

C’est une douce évidence : l’Etat ne peut pas donner un emploi à tout le monde. De plus en plus, les jeunes diplômés – et même des personnes moins jeunes – en prennent conscience et essaient de trouver des solutions alternatives pour s’insérer dans le tissu économique. Dans cette optique, le partenariat fondation Tony Elumelu – ONE constitue une opportunité précieuse pour tout demandeur d’emploi se sentant avoir l’âme d’un entrepreneur de bénéficier d’un financement pour ses différents projets. Devant la faible capacité d’absorption des jeunes diplômés au système, l’homme doit être le maître de son devenir. De telles initiatives participent, donc, à faciliter l’insertion professionnelle et écourter le temps de recherche de travail pour le jeune diplômé. Le chômage, dit – on souvent, a un effet de cicatrisation du capital humain ; et l’auto – emploi en constitue la solution : il vise à outiller les demandeurs d’emploi dans le domaine de l’entreprenariat. Il faut juste que les pouvoirs publics songent à améliorer les cadres juridiques afin d’inciter un plus grand nombre à se lancer dans cette aventure. Et, puisqu’il s’agit, dans ce cadre, d’un Partenariat Public – Privé (PPP), l’attribution des financements, en principe, devrait connaître plus de transparence et, ainsi, éviter l’échec des différentes expériences que le pays a pu connaître dans les programmes d’auto – emploi initiés par l’Etat. Il est important de rappeler que ledit programme consiste en un engagement de 100 millions de dollars sur 10 ans visant à identifier, former, encadrer et financer 10.000 jeunes entrepreneurs africains. L’objectif est de créer des millions d’emplois et des revenus nécessaires au développement durable du continent, en appliquant la philosophie de l’Africanisme, qui positionne le secteur privé comme moteur de croissance du continent noir et souligne l’importance de la création de richesses sociales et économiques.

Yohan Freddy NGUEMA ZUE      

PARTAGER