Accueil Economie Emprunt : Quid de l’utilisation des 64 milliards de FCFA du projet...

Emprunt : Quid de l’utilisation des 64 milliards de FCFA du projet Graine ?

PARTAGER
DR.

Afin de permettre au Gabon, de relancer le projet Graine dans l’ensemble du pays, les autorités gabonaises vont bénéficier d’un prêt de la Banque Africaine de Développement (BAD), d’environ 64 milliards de fcfa.  Un prêt dont la gestion commence à susciter des interrogations, au regard du bilan mitigé du projet, présenté il y a quelques semaines, à Oyem par le Pdg de la Société de Transformation Agricole et de Développement rural (Sotrader), ThéophileOgandaga.

Projet officiellement conçu pour réduire les important pour la réduction des importations des produits alimentaires, et devant favoriser le développement de l’entreprenariat rural,le projet Graine, n’a pas apporté les résultats escomptés en 2017, a annoncé le Pdg,  de la Société de Transformation Agricole et de Développement rural (SOTRADER), Théophile Ogandaga, au sortir dela réunion  de la convention trimestrielle, qui permet d’évaluer le projet. Cette rencontre, organisée à Oyem, chef-lieu de la province du Woleu-Ntem, a permis aux responsables du projet présents de conclure que ledit projet avait besoin d’un nouveau management. Et que, pour y arriver, il fallait absolument rechercher de nouvelles sources de financement, afin d’adapter cette initiative agricole aux réalités du terrain. C’est dans cette optique, que le gouvernement avait sollicité, auprès de la Banque Africaine de développement (BAD), un emprunt d’environ, 64,4 milliards de fcfa. Et, depuis l’annonce de cet important financement, la gestion de cet argent commence à susciter des interrogations. Car, d’une part, l’institution financière qui s’est portée garante pour accompagner le Gabon dans ce projet ne l’avait plus fait depuis plus de quinze ans. Ce nouveau financement, devrait amener les responsables de la (BAD), à avoir un regard attentif, sur l’utilisation de cet argent.  D’autre part, depuis le lancement du projet, il y a plus de trois ans de cela, dans l’ensemble du pays, d’importantes espèces sonnantes et trébuchantes sont sorties des caisses de l’Etat et du partenaire technique, SOTRADER, pour l’aménagement des espaces, le fonctionnement et l’achat des équipements des coopératives. Des années après, il semble bien quele projet rencontre des problèmes dans un certaine nombre de localités du pays. Du coup, les problèmes liés à la formation des coopératives et du financementont émergé.

 Il faut rappeler que, en 2017, l’ancien ministre de l’Agriculture, Yves Fernand Manfoumbi, avait indiqué que cet argent devait permettre d’accélérer le processus de formation des agriculteurs, de financer les infrastructures et les équipements sociaux nécessaires au développement du projet Graine, dans les provinces du pays.   Au moment où un nouveau management – ou mangement- du projet est en vue, il serait utile de savoir si l’utilisation de cet argent compte toujours suivre les mêmes objectifs après, la réunion d’évaluation du projet organisée, il y a quelques semaines, à Oyem.

Ainsi, avec un peu plus de 300 milliards de fcfa, en dépenses d’importation de produits alimentaires, il serait également utile que cette manne financière soit réellement mise à la disposition du projet, pour véritablement lancer le projet.

PARTAGER