Accueil Economie Emprunt du FMI 56 milliards de FCFA pourquoi faire ?

Emprunt du FMI 56 milliards de FCFA pourquoi faire ?

PARTAGER
(c)internet.

La question mérite d’être posée, après l’octroi  par  le Fonds Monétaire International (FMI), au Gabon,  le  jeudi 21 décembre dernier, de 101,1 millions de dollars, soit environ 56 milliards de FCFA,  au titre du mécanisme élargi de crédits (MEDC),  pour  financer ses projets et  relancer son économie.

Le pays est au bord du gouffre, toutes les administrations du pays n’arrivent plus à fonctionner normalement. En cause, le non paiement des factures aux fournisseurs et le manque de  budget de fonctionnement. La quasi totalité des fournisseurs de l’Etat, font  désormais tourner leurs entreprises au ralenti.   Situation identique pour les entreprises qui travaillent dans le domaine des travaux publics. Ces dernières sont obligées d’exécuter les travaux à pas de tortue,  pour ne pas se retrouver une nouvelle fois, très endettées. Ce qui avait amené le gouvernement a sollicité, en juin dernier,  un emprunt auprès des institutions financières internationales, dont le mécanisme élargi de crédit mis en place par le FMI, pour aider les pays en proie à des difficultés économiques dues, à la baisse drastique des cours du pétrole. C’est ainsi que le Gabon recevait, en juin dernier, 98, 8 milliards de FCFA soit environ  54,6 milliards de FCFA. Le FMI, pour des raisons qui ne semblent convaincre que les responsables de cette institution,  vient de renflouer les caisses de l’Etat, d’un montant de 101,1 milliards de FCFA, soit 56 milliards de FCFA. A ce jour, le total  des décaissements effectués par le FMI au profit du Gabon, s’élève désormais à 202,3 millions de dollars, soit environ, 111, 9 milliards de fcfa.  A en croire, le FMI, cet argent devrait permettre au pays de relancer son économie et d’achever les infrastructures en construction dans le pays. Ce qui est une bonne chose. Mais lorsqu’on jette un regard sur le niveau d’avancement des travaux et des infrastructures lancés dans le pays par le gouvernement et les montants perçus jusqu’alors  par ces derniers, l’on est tenté d’affirmer  sans risque de se tromper,  que l’argent destiné au financement du plan de relance de l’économie, serait  entrain de prendre d’autres destinations.

Mais pour les patrons du FMI, le gouvernement serait sur la bonne voie, pour rendre effectif le plan de relance de son économie. Un plan  dont l’un des principaux objectifs est la maîtrise du niveau d’endettement public, afin de le ramener progressivement vers un niveau stratégique. Lorsqu’on regarde le niveau actuel d’endettement du Gabon, il semble bien que cet objectif est désormais loin de la réalité. En effet, avant la mise en place du mécanisme élargi de crédit du FMI, la dette publique du Gabon, était évaluée en fin-2016 à 39% du PIB, soit 3 160 milliards de francs CFA.  Cette année elle est évaluée à 4 110,4 milliards de francs CFA.  Un montant qui donne du tournis. Et lorsqu’on regarde la situation économique du pays, l’on est tenté de se poser la question de savoir, qu’a-t- on fait de cet agent ? Et pourquoi, le FMI, continu d’octroyer de l’argent au Gabon, quand bien même, le niveau d’endettement qui était censé baisser grimpe vertigineusement.

On peut déduire, au regard du contraste saisissant qui existe entre le satisfécit des institutions financières internationales et la réalité du terrain, que le FMI et assimilés, comme tout bon banquier, se suffisent des conditionnalités de remboursement de leurs dettes. Tant pis si les infrastructures sociales ne suivent pas. Tant pis aussi, si le quotidien des populations est cauchemardesque.  

Aimé David Nguema

 

 

PARTAGER