Accueil Economie Dissolution du CGC : Liliane Ngari est –elle responsable ?

Dissolution du CGC : Liliane Ngari est –elle responsable ?

PARTAGER
Liliane Ngari limogée du CGC/©DR.

C’est, en tous cas, la question à laquelle tentent de répondre,  plusieurs agents du Conseil Gabonais des Chargeurs (CGC). Car, selon ces derniers, l’épouse   d’Ali Akbar Onanga Y’obeghe, à la tête de cette structure depuis quelques années,  serait  comptable de la mauvaise  gestion de cette entité.  

Pourquoi le ministre des Transports, Justin Ndoundangoye, n’a pas  limogé  l’équipe dirigeante qui serait à l’origine de la descente aux enfers du CGC ? La question mérite d’être posée,  dans la mesure où,  pour les agents de cette structure, désormais sous  tutelle de l’autorité portuaire, c’est-à-dire, l’Office des Ports et rades du Gabon (0PRAG), un réaménagement de la direction générale aurait permis de sauver le CGC.   Un avis que semble ne pas partager les autorités gabonaises, puisque le Conseil des ministres du 26 février a pris la décision de supprimer le Conseil gabonais des chargeurs (CGC) créé en 1971 par le président Omar Bongo.  Un héritage du défunt Président de république, qui vient de connaitre une fin tragique,  sans qu’au préalable  un bilan de gestion ne soit réalisé pour comprendre les maux qui minaient cette structure.

En effet,  pour les agents, les problèmes de du CGC,  ont débuté  lorsque, l’ancienne équipe dirigeante a commencé à faire des  nominations  et vouloir gérer le CGC, comme un héritage  légué par Omar Bongo,  aux fils de la province du Haut Ogooué. Toutes les personnes nommées, en tout cas  pour la plupart à des hautes fonctions au sein de cette structure étaient des ressortissants de la province. S’en sont suivis, les détournements de toutes sortes, des missions à l’extérieur grassement payées.

Autant de problèmes qui laissent penser que le CGC pouvait–être sauvé, et qu’il fallait juste prendre le courage de virer les mauvais gestionnaires.

PARTAGER