La dévaluation du F CFA devient inéluctable C’est la mort assurée...

La dévaluation du F CFA devient inéluctable C’est la mort assurée !

156
0
PARTAGER
DR.

Une nouvelle dévaluation de 50% du F CFA est à l’ordre du jour. Elle ne concerne que le franc CFA de zone CEMAC, victime d’une gestion  catastrophique de ses devises par des dirigeants véreux.

 Un rapport alarmant sur la situation du F CFA en relation avec le compte des opérations à la Banque de France a été communiqué au Président Macron par le Trésor français. Il en résulte qu’en raison de la gestion catastrophique de leurs réserves monétaires par les pays de la zone CEMAC (Afrique centrale), une division géographique de la zone CFA s’impose entre l’Afrique centrale et celle de l’Ouest (UEMOA). C’est pour étudier cette question qu’au mois de juin 2017, Emmanuel Macron a reçu à l’Elysée les Présidents Alasane Dramane Ouattara de Côte d’Ivoire et Macky Sall du Sénégal.

Après les avoir assurés que le franc CFA de la zone UEMOA ne court pas le risque d’une dévaluation en raison du fait que les pays de l’Afrique de l’Ouest ont mieux géré leurs réserves monétaires dans le compte des opérations ouvert à la Banque de France, le chef de l’Etat français a proposé à ses hôtes africains de faire des avances de devises à la CEMAC pour maintenir cette zone la tête hors de l’eau. Mais ces derniers ont répondu par un « niet » catégorique. Alassane Dramane Ouattara, notamment, a rétorqué que « chacun assume ses propres turpitudes ». Son pays est détenteur de 40% des devises de l’UEMOA et présente une balance commerciale excédentaire. L’UEMOA ne tolère plus que la CEMAC, qui a été responsable de la première dévaluation du F CFA intervenue en janvier 1994, continue de tirer le continent africain vers le bas. Elle refuse désormais le lien monétaire avec la zone CEMAC.

Bien avant l’arrivée au pouvoir d’Emmanuel Macron, le Directeur général du FMI, Christine Lagarde, accompagnée du ministre français de l’Economie et Finances, Michel Sapin, avait effectué une visite au Cameroun pour entretenir les chefs d’Etat de la CEMAC sur une éventuelle dévaluation du F CFA de l’Afrique centrale.

Une dévaluation de 50%

Aujourd’hui, cette dévaluation devient inéluctable. Elle va déprécier le F CFA Afrique centrale de 50%. Ainsi, 1 euro vaudra 1300 F CFA contre 650 F actuellement! Une véritable catastrophe provoquée par la cleptomanie des dirigeants des pays d’Afrique centrale et par des politiques économiques désastreuses qu’ils ont mises en place, consistant à importer plus au lieu de privilégier la productivité et la consommation des produits locaux.  C’est ici le lieu de rappeler que le compte des opérations sert au paiement de la dette et des importations de devises.

Le franc CFA ouest-africain, lui, s’échangera  à 500 F CFA pour 1 euro. Déjà, certaines voix défendant l’Afrique s’élèvent pour contraindre la France à respecter les Accords de coopération monétaire conclus avec l’Afrique francophone, notamment leurs articles 7 et 9, qui tiennent la France garante de la convertibilité illimitée du F CFA. Auront-elles gain de cause? Cela est moins sûr. En tout cas, si cette dévaluation se concrétise, c’est la mort assurée pour le peuple gabonais déjà frappé par une crise financière sans précédent;

JA

 

 

 

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE