Accueil Economie Coronavirus au Gabon : Quid des mesures d’accompagnement?

Coronavirus au Gabon : Quid des mesures d’accompagnement?

PARTAGER
©DR

A la suite du communiqué diffusé le jeudi 12 mars dernier, lu par le porte – parole du Gouvernement, Anicet Mboumbou Miyakou, un Conseil des ministres s’est tenu le lundi 16 mars dernier, qui a adopté des mesures additionnelles à celles prises il y a quelques jours.

Dominé, largement, par la pandémie du Coronavirus, qui connaît une nette accélération dans le monde et, avec l’apparition de cas dans le pays, le Conseil des ministres a décidé d’adopter certaines mesures telles que l’autorisation d’un seul vol international par semaine et par compagnie aérienne, la fermeture des restaurants au public à l’exception des services à emporter et de livraisons, la fermeture des bars et snacks bars et la fermeture des frontières, notamment avec le Cameroun voisin, lui aussi touché par le Covid – 19. De même, deux projets de décrets ont été adoptés, dont un portant sur les modalités de confinement. Le moins que l’on puisse dire est que les pouvoirs publics ont pris la mesure de la menace qui pèse sur la santé publique. Cependant, force est de constater que la maladie a également des effets néfastes sur l’activité économique nationale, impactant notamment les petits commerces. Se pose alors la question de savoir quelles sont les mesures d’accompagnement prises en vue de soutenir les entreprises impactées par la maladie, étant donné qu’elle va provoquer des manques à gagner.

S’inspirer des bons exemples

Le 12 mars dernier, l’Etat français, qui sert encore de référence à de nombreux pays africains, a mis en place des mesures de soutien immédiates aux entreprises parmi lesquelles les délais de paiement d’échéances sociales et/ou fiscales, des remises d’impôt, un soutien de l’Etat et de la Banque de France pour négocier avec sa banque un rééchelonnement des crédits bancaires, la mobilisation de bpiFrance pour garantir des lignes de trésorerie bancaire dont les entreprises pourraient avoir besoin à cause de l’épidémie, le maintien de l’emploi dans les entreprises par un dispositif de chômage partiel simplifié et renforcé, l’appui au traitement d’un conflit avec des clients ou des fournisseurs et la reconnaissance par l’Etat du Coronavirus comme un cas de force majeure pour les marchés publics. En conséquence, pour tous les marchés publics de l’Etat, les pénalités de retards ne seront pas impliquées. Et au Gabon ? Comment l’Etat compte soutenir les entreprises impactées par le Coronavirus, notamment celles évoluant, la plupart du temps, dans le secteur de la restauration et de la buvette ? Sans oublier que le Gabon, notre pays, reste encore très dépendant de l’extérieur, pour son alimentation. Autant de questions sur lesquelles les pouvoirs publics feraient bien de se pencher, d’autant plus qu’en l’absence desdites mesures d’accompagnement, certains opérateurs pourraient être tentés d’enfreindre la mesure : sur la toile, l’on a pu visionner des images sur lesquelles des personnes s’opposaient à la fermeture d’un bar, quand bien même la mesure est salutaire. Des mesures d’accompagnement similaires à celles prises par le Gouvernement français, qui vient d’annoncer un plan d’aide de 45 milliards d’Euros aux entreprises, seraient, indiscutablement, bien accueillies !!!!

Yohan Freddy NGUEMA ZUE      

PARTAGER