Accueil Economie La commercialisation des sachets d’eau en voie de revenir sur le marché.

La commercialisation des sachets d’eau en voie de revenir sur le marché.

PARTAGER
Les membres de la Synocaga lors de la conférence de presse/pyramidmédiagagabon.

Frappé d’une interdiction de commercialiser les sachets d’eau sur le marché local, le Syndicat autonome des commerçants du Gabon (SYNACOGA), s’engage à tout mettre en œuvre pour lever cette interdiction.

Le Syndicat autonome des commerçants du Gabon (SYNACOGA), a tenu une conférence de presse à leur siège, ce 13 mars, dans le but d’édifier leurs adhérents,  sur la décision prise par le gouvernement gabonais, via le ministère de l’économie, à travers la Direction générale de la concurrence et de la consommation (DGCC), de retirer du marché local gabonais, la commercialisation des sachets d’eau, sous réserve des autorisations préalables délivrées par la DGCC.« Suite à cette décision, nous avons décidé de réagir. Pour cela, le collectif des promoteurs des vendeurs d’eau en sachet, c’est organisé autour du syndicat autonome des commerçants du Gabon.Nous avons été reçus le 12 mars dernier par la DGCC. Et au cours de cette rencontre, nous avons pu échanger avec le directeur général, sur le cadre juridique et administratif. Nous avons essayé de voir dans quelle mesure nous pourrions réglementer cette activité, et voir quel peut-être l’avenir de ce secteur », a déclaré le secrétaire général du Synacoga, Jonas Mounienguet.

Une décision de suspendre la commercialisation de ces sachets d’eau qui, selon la direction générale de la concurrence et de la commercialisation, se fait sans autorisation préalable de ladite administration« Nous devons nous conformer à la décision prise par le gouvernement, si nous souhaitons toujours continuer notre activité. Il est donc question pour nous de nous rapprocher des instances de la DGCC, munie d’un dossier qui nous permettra d’obtenir les autorisations nécessaires pour reprendre et poursuivre nos activités. Mais pour ce faire, il est primordial que nos sachets d’eau fassent l’objet d’une analyse dans un ou plusieurs laboratoires, pour obtenir ces autorisations de commercialisation. Ce qui sera une manière pour nous, de nous adapter à la réglementation, en allant dans les laboratoires d’analyse, afin de déterminer si l’eau que nous commercialisons est saine et propre à la consommation. Et surtout, si elle est produite dans de conditions saines. Même si nous savons que l’eau que nous utilisons provient de la SEEG, et que nous avons un mécanisme qui fonctionne», a indiqué le secrétaire général. 

Les syndicalistes et les commerçants espèrent néanmoins que ces démarches pour l’obtention des autorisations de commercialisation, ne prendront pas trop de temps. Et que la situation pourra revenir à la normale d’ici peu.

Daisy Ntongono

PARTAGER