Accueil Economie Bifoun : à qui profite la présence de la société Along Sarl...

Bifoun : à qui profite la présence de la société Along Sarl ?

PARTAGER
DR.

La société chinoise spécialisée dans la transformation du bois est implantée depuis 2012 à Bifoun, dans le département de l’Abanga Bigné, province du Moye Ogooué, ne profiterait pas socialement aux populations environnantes. Mieux, même les propriétaires des terres sur lesquelles elle est installée sont ignorés par les responsables chinois de l’entreprise qui disent avoir tout réglé. Mais auprès de qui ? Là gît le lièvre.

Pourtant, lors de l’inauguration en 2013 de cette entreprise chinoise  spécialisée dans l’exploitation forestière et la transformation du bois, les populations d’Akighe Nlam à Bifoun  avaient vu en l’implantation de cette entité,  comme une bouée de sauvetage pour  sortir la contrée de  la paupérisation. Mais près de cinq ans après, non seulement les jeunes n’y trouvent pas leur compte, parce que l’entreprise n’emploierait qu’à peine  quatre personnes du village, les descendants des premiers habitants du village de la tribu Essamekep, ne voient que dalle. C’est dire si les investisseurs chinois ignorent complètement les autochtones  de la parcelle qu’ils occupent.  «Ils ont coupé les arbres fruitiers, ils ont déterré les tombes de nos ancêtres, et  personne dans la famille, ne sait à qui ces Chinois ont payé tous ces dommages », fulmine un membre de la famille.

Il faut dire que face à cette situation, les Essamekep d’Akighe Nlam ne sont pas restés les bras croisés depuis que leurs terres ont été envahies par Along Sarl. Loin s’en faut. Ils ont multiplié les actions pouvant aboutir au dédommagement par la partie chinoise. Ainsi, le 7 avril 2014, ils ont saisi l’autorité judiciaire de la province du Moyen Ogooué, notamment le président du tribunal de Lambaréné. Object : destruction des plantations. Le 7 octobre de la même année 2014, le collectif du clan Essamekep, a demandé l’intervention du procureur de la république du tribunal de première instance de Lambaréné sur cette situation.  Le 23 octobre 2014, le même collectif a écrit au directeur général d’ Along Sarl  pour une «entrevue relative à l’installation de votre entreprise à Bifoun ». Fin 2016, c’est l’actuel sous préfet du district Bifoun Abanga, Albert Ifounda Mayombo, qui a reçu le collectif pour le même dossier. De toutes ces démarches, rien n’a jusque-là prospérer. «Une indifférence qui ne s’explique pas » indique un membre du collectif Essamekep.

 Comment les chinois se sont implantés à Akighe Nlam ? Selon nos informations, tout a commencé en 2011, lorsque les responsables de la future succursale d’entreprise Along Sarl, ont rencontré, quelques natifs de la contrée : César Ekomy obame, Anicet Ayeng Obame et feu Télesphore Daniel Minkoue. C’était au siège social de l’entreprise située à la zone industrielle de Barracuda, dans la commune d’Owendo. Puis, quelques temps plus tard, les négociations vont se poursuivre sur place à Bifoun au domicile de Paul Ndong Nguema, alors ministre de la République. En présence de trois membres de la famille propriétaire de la parcelle querellée. Puis, plus rien.

Sur place à Bifoun, les populations ont constaté le début en trombe des travaux d’implantation de l’entreprise et le début des activités. Sans que les biens détruits sur le site ne soit dédommagés. «Quand on se rapproche des Chinois, ils répondent qu’ils ont déjà tout payé. Ils ne nous doivent plus rien», explique à la rédaction, un membre du collectif. Selon nos sources, les Chinois auraient casqué en tout, la bagatelle de 400 millions de nos francs. Pour s’installer à Bifoun «Auprès de qui», s’interroge notre interlocuteur.

Lésé, le clan Essamekep d’Akighe Nlam se dit désabusé et compte ne pas baisser les bras. «Nous allons entreprendre toutes les démarches possibles pour que notre bien familial soit dédommagé», conclut notre interlocuteur.

PARTAGER