Bancarisation des agents publics de l’Etat. A quand la fin du...

Bancarisation des agents publics de l’Etat. A quand la fin du processus ?

153
0
PARTAGER

Nombre d’entre eux ne veulent plus qu’un centime soit retiré de leur salaire où de leur pension retraite par les banques.

Avec une dizaine de banques agrées par la commission bancaire d’Afrique centrale (COBAC), celles installées au Gabon ont engrangé d’importantes ressources, ces six dernières années. Grace notamment aux dépôts des entreprises, des ménages et de l’Etat avec la bancarisation de ses agents, passé de 9% à 20% entre 2009 et 2015. Une augmentation du taux de bancarisation qui permet aujourd’hui aux banques de renflouer leurs caisses   chaque fin du mois.

Mais depuis lors, nombre ces nouveaux clients commencent  à contester cette décision qui, selon eux, ne serait profitable qu’aux banques.  Sans oublier la peur qui s’est emparé de beaucoup d’autres, au regard des difficultés financières dont fait face certains établissements bancaires. « Je préfère encore aller au trésor, me réveiller très tôt le matin, faire la queue pour avoir mon agent, au lieu que les banques me retire de l’argent chaque mois. Avant la bancarisation,  dès le 25 du mois,  l’argent était disponible, sans un centime de moins. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas. Non seulement, j’attends des heures durant, mais encore on me prélève quelque chose. Je ne vois pas vraiment mon intérêt dans tous ça » a déploré Serge Mba, un agent de l’Etat.

Des allégations qui viennent  renforcer la thèse selon laquelle, l’Etat avait adopté ce système pour son propre bien, et pour venir en aide à certains établissements bancaires. Etant donné que certains ‘’émergents’’ en sont actionnaires. Mais également pour que certaines leurs soient favorables  pour des emprunts personnels, ainsi que pour leurs entreprises.

Ajoutés aux lendemains incertains de l’élection à venir, nombreux sont les agents de l’Etat qui craignent la fermeture pure et simple de certaines banques. Ce qui fait monter l’inquiétude. Et ceux-ci ont besoin d’être rassurés.

ADN  

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE