Audit de la fonction publique A quand la publication des résultats?

Audit de la fonction publique A quand la publication des résultats?

188
6
PARTAGER
le ministre de l'économie et celui de la fonction publique

Présenté comme l’un des plus ambitieux projets à leur prise de pouvoirs, les dirigeants actuels éprouvent toutes les peines du monde, plus de 5 ans après, à publier les résultats de cet audit. Que se passe-t-il ?   

Quelques mois après son évènement au pouvoir, Ali Bongo avait décidé de procéder à un audit de la fonction publique. Un défi majeur, qui devait permettre une gestion efficace, dynamique et transparente des ressources humaines de l’Etat. Mais depuis que cet audit a été effectué, aucun Gabonais n’a le souvenir d’avoir entendu parler des résultats.

Et pourtant, les différents ministres ayant conduit cette opération avaient annoncé que des mesures drastiques seraient prises, pour punir les fonctionnaires fraudeurs. C’est ainsi qu’en 2011, conformément aux lois n°1  2005 et 8/91 et le décret n°471, plusieurs agents de l’Etat avaient été mis sur bons de caisse, par le comité d’organisation de l’audit. Et pour montrer à la face du monde que le Gabon était sur la voie de la bonne gouvernance, le gouvernement avait donné quelques chiffres, affirmant que pendant cet audit, 69618 agents avaient été recensés, sur un total de 70960.

Parmi  les 1342 agents non recensés, il avait pris la décision de radier 707 agents de la fonction publique et le reste devait régulariser leurs situations administratives. Quid donc de la radiation des 707 agents et la régularisation du reste des agents ? Surtout que, préconisait-t-on, cette mesure devait  permettre à l’Etat de faire des économies de l’ordre de 2,1 milliards de FCFA sur l’année. Mais également de mieux maitriser les effectifs de la fonction publique, la masse salariale et enfin mettre en place  une gestion prévisionnelle des ressources humaines et des emplois.

Le coordonnateur  du projet, pour rassurer les autorités gabonaises lors de la présentation dudit projet au Premier ministre – Raymond Ndong Sima à l’époque -, avait déclaré que cet audit faisait du Gabon, «  un pionnier en Afrique » et qu’à l’entame du processus, plusieurs pays s’étaient rapprochés du Gabon, pour un partage de compétences. Du pur fantasme !

Bien que des rapports, portant sur l’organisation de la fonction publique, l’état des lieux ; l’analyse des causes, ainsi que les recommandations aient été rédigés, le gouvernement tergiverse sur la publication officielle desdits rapports. Une situation qui suscite moult interrogations. Les dirigeants actuels ont-ils finalement décidé de protéger les fraudeurs de la République, au risque d’éclabousser de milliers de hauts fonctionnaires bardés de faux diplômes, comme l’indiquent certaines indiscrétions ?

Or, la publication officielle des résultats de cet audit aurait convaincu les septiques sur la détermination du pouvoir à vouloir véritablement instaurer la bonne gouvernance au Gabon. Mais aussi, de laisser penser qu’une certaine « égalité des chances » serait possible.

C’était sans compter sur le fait que les annonces en fanfares des réformes et projets étaient l’ADN des émergents. Quel dommage !

ADN  

Facebook Comments

6 COMMENTAIRES

  1. Hello, you used to write magnificent, but the last several posts have been kinda boring¡K I miss your great writings. Past several posts are just a bit out of track! come on!

  2. Oui, sur cette vidéo il me semble également qu’il dit « An other song of freedom  » mais dans la version accoustique la plus connue, les paroles sont bien « These songs of freedom «