Accueil Economie ARTF : mieux réorganiser la voie ferrée

ARTF : mieux réorganiser la voie ferrée

PARTAGER
ARTF : mieux réorganiser la voie ferrée/©DR

C’est en tout cas, la vision du tout nouveau secrétaire exécutif de l’autorité de régulation du transport ferroviaire Prosper Ekomesse Nguema. Nommé lors du dernier Conseil des ministres, en replacement  de Karine Cecilia Arissani, ce cadre de la maison a récemment pris ses fonctions à la tête de cette institution, gendarme du gouvernement sur la voie ferrée.

Prosper Ekomesse Nguema, c’est le nom du tout nouveau secrétaire exécutif de l’ARTF. Bien avant sa nomination au dernier Conseil des ministres, il était secrétaire exécutif adjoint, poste qu’il a occupé près de 5ans durant. C’est un pur produit de la maison, du moins depuis la délégation gouvernementale. C’est dire qu’il connait parfaitement la maison, dont-il vient de prendre les commandes.
Fonction prise, la vision également est désormais définie « nouveau pacte ferroviaire qu’il faut soumettre au gouvernement ». et l’annonce d’un« plan de régulation économique et de veille sécuritaire, avec pour contrainte de tout construire en vue de tracer un horizon qui permette à chacun et à tous de contribuer à la mise en œuvre de la mission que les hautes autorités et la représentation nationale ont confiée à l’ARTF ».
Ayant passé près de deux ans à la tête de l’autorité de régulation du transport ferroviaire, Karine Cécilia Arissani assure avoir laissé des traces que son successeur va certainement poursuivre. La nouvelle conseillère du ministre en charge de la Culture et des Arts, indique avoir mis en place une «solution pérenne sur le dossier d’immatriculation ferroviaire non recouvrée auprès de la Compagnie minière de l’Ogooué (Comilog) et Gabon spéciale économique zone (GSEZ)» et la signature d’une « convention de prestation technique pour la couverture médicale des agents de l’ARTF et leurs ayants droits».
Il faut dire que l’ARTF, a été durant un moment au-devant de la scène, notamment avec des révélations sur le dossier Engerail, dont certains assurent que le contrat était plutôt flou au profit de l’ancien ministre des transports Justin Ndoundangoye. Il est également indiqué que le gendarme du gouvernement sur la voie ferrée, selon certains, ne joue pleinement pas son rôle auprès du concessionnaire. Prosper Ekomesse Nguema, va-t-il changer la donne ? Il sera jugé au pied du mur.

PARTAGER