Accueil Economie Après le forum des fonds souverains des Etats membres de la BID:...

Après le forum des fonds souverains des Etats membres de la BID: quelles retombées pour le Gabon?

PARTAGER
DR.

Organisé avec la BID à Libreville les 8, 9 et 10 mai derniers, le forum des fonds souverains des Etats membres de la BID,  a réuni les représentants des 56 états membres de la BID, dont 32 fonds souverains représentant à eux seuls 3.300 milliards US dollars d’actifs sous gestion, ainsi que des entreprises et hommes d’affaires de renom.  De ce fait,  quelles sont les retombées pour le pays après ce conclave?

Après donc trois jours de discussions, les investisseurs et membres de la BID,  ont concrétisé des partenariats et des conventions, pour aider les différents pays membres à relancer leur économie. Le Gabon, à travers le fonds gabonais d’investissement, a procédé à la signature de deux conventions avec l’entité Indonesia Tourism Development Corporation (ITDC) et la Banque de Développement d’Afrique Australe (DBSA) dans les  secteurs du tourisme et de l’énergie. Le premier partenariat avec ITDC, société publique indonésienne spécialisée dans la promotion de la destination Indonésie, devrait permettre à termes, de lancer un programme urbain d’environ 1 000 hectares aux abords de l’Arboretum Raponda Walker. Ce projet vise à positionner le Gabon,  comme une destination de référence en matière de tourisme durable et se veut générateur d’emplois, selon les responsables du FIGIS.

Le deuxième contrat signé avec DBSA, en groupement avec le fonds d’investissement Meridiam, concerne un financement à hauteur de 500.000 US dollars des dernières études techniques nécessaires au développement du projet de la centrale hydroélectrique de Kinguélé Aval (Gabon) d’un potentiel d’environ 35 MW sur la rivière M’Bei en aval des deux centrales hydroélectriques existantes: Tchimbélé et Kinguélé d’une capacité totale de 120 MW. Ce nouveau dispositif permettra de renforcer le réseau interconnecté (RIC) de Libreville. Il vise à renforcer le pôle énergétique de la vallée de la MBei (dans le département du como  Kango) afin de répondre à la demande croissante d’énergie. Dans le cadre du « Plan Stratégique Gabon Émergent », l’État gabonais s’est engagé également à mettre à disposition des gabonais une énergie à coût compétitif tout en portant la part de l’hydroélectricité à 80% à l’horizon 2025.

« Nous sommes heureux de pouvoir signer ces deux conventions qui donnent un nouvel élan dans la réalisation de nos projets urbains et énergétiques qui se veulent durables tout en cadrant avec les objectifs du Plan de relance de l’économie  Gabonaise»,  précise Serge Thierry MICKOTO, Administrateur Directeur Général du FGIS.

PARTAGER