Approvisionnement en carburant dans les stations-services Le tout sauf les bidons...

Approvisionnement en carburant dans les stations-services Le tout sauf les bidons !

107
0
PARTAGER

C’est désormais les militaires en poste dans des différentes  stations services du pays  qui ont désormais la prérogative de servir les produits pétroliers  aux consommateurs ayant des bidons ou autres récipients. A condition que la requête  dudit consommateur est avérée.

A travers une note circulaire affichée dans les différentes agences des stations services du pays, émanant de la direction générale des hydrocarbures, les militaires affectés dans ces lieux de la vente des produits pétroliers ont désormais la charge de vendre ou pas du pétrole, de l’essence et du gasoil aux consommateurs qui y veulent s’approvisionner avec un bidon. Selon la notification administrative, la déclinaison aux pompistes à leurs missions régaliennes concoure aux mesures de sécurité.

Mais, cette mission aux mains des forces de l’ordre en poste dans les stations services n’est pas une tâche aisée aux consommateurs  détenteurs des lampes tempêtes,  des groupes électrogènes et bien d’autres appareils. Ces paisibles  citoyens ont du mal à s’approvisionner en carburant. C’est selon. Et surtout lorsqu’on connait la mentalité (douteuse) des hommes de troupes gabonais. Une mentalité aux antipodes de leurs missions vis-à-vis de leurs compatriotes.

D’autres gabonais parleraient d’une autre langue que celle de l’administration publique. Ces derniers évoquent la thèse selon laquelle le pouvoir émergent aurait peur des conséquences qui en découleraient au soir du 27 août prochain. Le jour de l’élection présidentielle. Et surtout, si le candidat sortant est réélu. Les Gabonais pourraient agir autrement, pensent-ils.

C’est un calvaire qui conditionne les conditions de vie des populations tant celles qui sont dans les villes que celles qui  sont dans les villages. De tant plus que  ces énergies sont les sources de leur vie au quotidien. Quel pays !

Tar’Engongha

 

 

 

 

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE