Accueil Economie Air France, veut mieux éclaircir le ciel gabonais

Air France, veut mieux éclaircir le ciel gabonais

PARTAGER
©DR.

Après les tumultueux évènements de juin dernier, la compagnie Air France, que d’aucuns avaient cru prendre la poudre d’escampette, vient de renouveler son attachement à ce petit pays d’Afrique centrale.

En effet, à la faveur d’un voyage de presse organisé du 9 au 13 décembre dernier, la  direction Afrique a dévoilé ses ambitions et ses projets pour l’année 2019. Il faut dire que depuis 72 ans (1946-2018), la compagnie aérienne française dessert, sans interruption, Libreville et Paris. Un mariage qui repose sur la confiance bâtie sur plusieurs décennies et qui s’inscrit comme la première valeur ajoutée de la compagnie aérienne. Une histoire d’amour laissant transparaitre l’attachement des Gabonais à la marque Air France et inversement.

En 2018, Air France a mis un point d’honneur sur la baisse significative des tarifs vers Paris, le tout accompagné du savoir-faire propre à la marque. Il en résulte notamment une baisse du tarif moyen en classe économique, qui a chuté de 8% par rapport à 2016. En octobre dernier, d’ailleurs, la compagnie aérienne a lancé une promotion tarifaire, l’une des plus compétitives jamais proposées.

Déjà depuis 2015, le pays a été l’une des premières destinations à bénéficier des nouvelles cabines «Best» sur le Boeing 777. Dans cette cabine, Air France a créé un véritable ‘’nid douillet’’ en plein ciel, symbole de sa montée en gamme en classe Business développée autour du concept trois «F». Il s’agit du «Full Flat» avec un lit en position parfaitement horizontal ; le «Full Access» reposant sur un accès direct à l’allée pour chaque passager ; et, le «Full Privacy» caractérisé par un espace privé complet incluant un bureau, une table généreuse et un lit, à l’abri des regards extérieurs. Tout ceci vise à garantir au client, «confort et bien-être tout au long du voyage», a conclu Louise Audyll Ongoum. Il faut également savoir qu’Air France Gabon abrite la direction régionale de 7 pays : Gabon, Congo, Cameroun, RDC, Tchad, Guinée Equatoriale, République centrafricaine.

Les malencontreux incidents du mois de juin sont donc déjà dans les tiroirs de l’histoire.

LMA

PARTAGER