Accueil Economie Agriculture: vers une reprogrammation du projet ‘’Graine’’

Agriculture: vers une reprogrammation du projet ‘’Graine’’

PARTAGER
DR.

Lancer depuis 2015 dans plusieurs localités du pays, par la Société de Transformation et de Développement Rural (SOTRADER), le projet Graine,  va connaitre dans quelques mois, des bouleversements, pour mieux l’intégrer dans les zones rurales et  augmenter la production agricole.

Programme capital pour l’émergence d’une nouvelle génération d’entrepreneurs agricoles dans le pays, le projet graine a présenté en 2017, un bilan en deçà des attentes de l’Etat, des coopératives et du partenaire technique, la Sotrader.  Projet ambitieux pour la relance du secteur agricole  et la réduction de la pauvreté en zone rurale. La gabonaise des réalisations agricoles et des initiatives des nationaux engagés (Graine), va  de ce fait, connaitre un nouveau management. La semaine dernière, pendant la réunion  de sa convention trimestrielle, qui permet d’évaluer le projet,  organisé à Oyem,  dans chef lieu  de la province du Woleu -Ntem, le Président Directeur Général de la Société de Transformation Agricole et de Développement rural (SOTRADER), Théophile Ogandaga, a présenté un bilan négatif des activités de cette entreprise en 2017.  Selon ce dernier, pour une production totale fixée à 12 000 tonnes, la récolte de la banane et du manioc n’a produit que 1200 tonnes. Pour justifier cette baisse de la production, et ce manque d’engouement des agriculteurs, le p-dg de Sotrader, a mis en avant, les difficultés liées aux conflits Hommes -faune et les problèmes techniques.  « Nous avons indiqué que des adaptations vont être apportées à cette initiative agricole, en fonction des réalités du terrain. Ce n’est pas quelques choses de nouveau. Nous l’avons déjà pressenti et savions que c’est un projet complexe qui aurait des hauts et des bas » a t-il indiqué. Avant d’expliquer que plusieurs raisons peuvent justifier ce fait, « Car nous faisons face au conflit hommes-faune dans la province de l’Ogooué-Ivindo où le tiers de nos plantations a été détruit par les éléphants. On peut aussi évoquer le manque de productivité des partenaires ou encore des erreurs techniques », dit Le p-dg.

Des difficultés qui ont amené les responsables du partenaire technique Sotrader, à repenser le management du projet, en procédant au morcellement des espaces dans les coopératives, en intégrant les indépendants, financer 60% des charges d’une exploitation et améliorer le processus de commercialisation des produits. Mais également, de mettre un accent sur la formation technique, de type champ-école paysan, et s’attaquer à la transformation des produits. Un nouveau management qui va nécessiter plus de moyens financiers, d’équipements et de disponibilité pour les agriculteurs. C’est donc une nouvelle gestion du projet, qui se dessine à l’horizon et qui devrait permettre d’accélérer le programme graine. Surtout, quand on sait que la Banque Africaine de Développement (BAD),  qui avait décidé de tourner le dos au secteur agricole Gabonais, est entrain de revenir, et compte injecter sous la forme d’un prêt, 65 milliards de FCFA,  pour financer le programme d’appui à Graine. Un financement et un changement qui pourrait permettre au projet, de fonctionner sereinement et de mettre en place, le nouveau management que souhaitent impulser  les responsables de sotrader.

Dans tous les cas, le programme Graine, ne réussit pas encore à atteindre les objectifs  que l’Etat et son partenaire techniques la sotrader se sont fixés  en 2015. D’où, la décision  de reformater le projet, pour  relancer le secteur agricole,  diminuer la pauvreté,  inciter  l’entreprenariat des jeunes dans le secteur  et réduire dans une moindre mesure, le niveau élevé des importations des produits agricoles.

 

PARTAGER