9,8 milliards de fcfa par an, pour les prestations familiales au...

9,8 milliards de fcfa par an, pour les prestations familiales au Gabon. A qui profite cet argent ?

103
0
PARTAGER

C’est la question que se posent plusieurs familles gabonaises,  suite au non   versement des allocations familiales  dans certaines provinces, depuis plusieurs mois.

Depuis la mise  en place  de la Caisse Nationale d’Assurance Maladie et de Garantie Sociale (CNAMGS), Plusieurs familles gabonaises, bénéficient des prestations  familiales, qui coûtent à l’Etat  gabonais environ,  9,8 milliards de fcfa. Sauf que, depuis lors, ces allocations familiales dont– on dit avoir été revalorisée, de 4000 fcfa, à 5000fcfa cfa par enfant, pour soutenir la cellule familiale et sécurité sociale, ne parviennent plus aux populations. Ces derniers, sont parfois surpris d’apprendre que les agents de la CNAMGS, procèdent à des payements à l’intérieur du pays. Depuis plus de trois ans, ces allocations familiales sont reversées par tirage aux sorts. Et pourtant selon les autorités, ces allocations devraient être reversées chaque mois.

Raison pour laquelle,  lorsqu’on annonce que chaque année, l’actuel pouvoir  dépense plus 9,8 milliards de fcfa, pour les allocations familiales, afin de soutenir les économiquement faibles, cela ressemble à  une bonne blague. Une plaisanterie qui prouve bien, que les autorités ne prêtent pas attention aux préoccupations des gabonais.  Sous d’autres cieux, où les préoccupations des populations occupent une place importante, un regard devait déjà être portée sur ce qu’on appel aujourd’hui, la revalorisation des allocations familiales.

 Car, les personnes qui ont mis place cette revalorisation, à travers la CNAMGS, ne sont pas aux faits des réalités du peuple. Si non, ils devraient changer cela et comprendre, qu’au Gabon, 5000 fcfa, ne peut pas nourrir un enfant pendant un mois et ne peut, par conséquent constituer, dans un pays riche comme le Gabon, une aide à la sécurité sociale.  Raison pour laquelle, cette soit disant augmentation ressemble plutôt à une plaisanterie de très  mauvais goût. Mais vu que, cette hausse est annoncée avec tambours et trompettes, lorsqu’il s’agit de faire le bilan du magistère d’Ali Bongo au Gabon, on pourrait affirmer sans risque de se tromper, que la question de l’amélioration des conditions de vie des populations, n’a jamais fait parti des priorités de l’actuel pouvoir.

Dans la mesure où, quand les populations  attendent le versement de leurs allocations depuis plus deux ans, dans certaines localités, le gouvernement annonce, des dépenses de 9,8 milliards de fcfa par an, pour des dépenses  liées aux versements des allocations familiales des gabonais économiquement faibles. La preuve, dans certaines localités de la province du Woleu- Ntem et dans l’Estuaire,  ces allocations ne parviennent  plus aux populations. Idem pour l’aide aux couches sociales vulnérables, tels que, les personnes handicapées, les filles mères, où les sinistrés. Autant de  problèmes, qui suscitent des interrogations, notamment en ce qui concerne, la destination des 9,8 milliards de cfa et dont les populations ont besoins d’avoir des explications. Surtout que, cet argent est celui du contribuable gabonais et non celui d’un quelconque individu.

ADN

 

 

Facebook Comments

AUCUN COMMENTAIRE