Accueil Economie Mesures d’autorité : Asselé pas du tout content

Mesures d’autorité : Asselé pas du tout content

PARTAGER
Jean Boniface Asselé/DR

Ces derniers temps, Jean Boniface Assélé étonne plus d’un, notamment dans ses prises de parole qui ne sont tendre avec le pouvoir qu’il défend pourtant. Et les dernières mesures du gouvernement n’ont fait qu’empirer la colère du général à la retraite.

Pour le président du centre des libéraux réformateurs, les dernières mesures du gouvernement peuvent appeler à la révolte populaire. Invité dans une émission radio, le premier adjoint de la mairie de Libreville n’a pas été tendre avec ces mesures «La fin de tout ça c’est que le mécontentement va grandir et lorsqu’il y aura 100 000 personnes dans la rue, malgré les mitraillettes, ça ne changera pas», a averti l’ancien  patron de la police nationale, avant de poser un certain nombre de questions, «Pourquoi on en arrive là ?». Comme toujours, il a dû trouver une esquisse de réponse: «Parce qu’on n’a plus d’argent. «Ils veulent des prêts».

Il faut dire que Jean Boniface Asselé a toujours profité de son ton. Il dit  des choses pas en faveur du pouvoir lorsque que celui-ci agit mal. Il profite donc de son indépendance et de sa liberté de ton «Pourquoi ceux qui ont fait des bêtises sont-ils toujours là». «Ceux qui gouvernement sont ceux qui sont responsables de cette situation».

A en croire le général à la retraite, par ailleurs oncle maternel de l’actuel chef de l’Etat, son mécontentement est du fait d’une injustice. Car selon lui, on baisse simplement les salaires de ceux qui ont déjà du mal à boucler leurs fins de mois ou à joindre les deux bouts. «Maintenant, vous voulez baisser les salaires. J’ai ma famille. Je me bats pour la faire vivre avec 250.000 et du jour au lendemain, vous me demandez d’enlever 50% de mon salaire. Vous dites qu’il n’y a plus de recrutement. Pourquoi donc aller à l’école ? Que faire donc avec les diplômes puisque lorsqu’on va venir avec, on ne recrute pas ?», s’est-il indigné.

A coup sûr les mesures gouvernementales n’ont pas cessé d’attirer les foudres de l’opinion. 

PARTAGER