Accueil Culture Et vinrent les droits d’auteur!

Et vinrent les droits d’auteur!

PARTAGER
La cérémonie de remise des chèques/gabonreview.

La reconnaissance et le paiement des droits d’auteurs et des droits voisins dans au Gabon, arrivent enfin, après 48 ans. Les auteurs de toute expression artistiques viennent, après de longues années de lutte, d’avoir gain de cause sur la question des droits d’auteurs et des droits voisins à leur profession.

Le ministre d’Etat en charge de la culture, et des arts, Alain Claude Bilie By Nze, a lors d’une cérémonie ce 15 février, dans les locaux de Gabon Télévision, procédé à la remise des premières cartes de membres du bureau gabonais des droits d’auteurs et des droits voisins (BUGADA), en reconnaissance des œuvres de créations de l’esprit. A cette occasion, il a reconnu que cela fait en effet 48 ans que les artistes gabonais toutes expression confondues, attendent ce jour. 48 ans que cette question est sur la place publique. 48 ans que l’on en parle. Et qu’au bout d’un Certain temps, d’aucuns avaient fini par se dire que c’était désormais une arlésienne. D’autres pensaient que c’était devenu une forme de miroir aux alouettes, que l’on agite et qui ne s’arrête jamais et dont on ne voit jamais l’issue.

« Mais aujourd’hui, grâce à la détermination des uns et à l’engagement des autres, nous commençons à avoir enfin le bout du tunnel. Le bout du tunnel dans cette longue marche qui aura vu partir certains. Qui, quoi que nous ayons quitté par la force du destin, sont avec nous ce jour. Tel que Nono Michima, Edingo, Benoit Aleka, Pierre claver Zeng, Philomène Batassouaga, Philipe Maurice, Max Massala, Oliver Ngoma, Charles Messa…

«Ces hommes et femmes, qui, à des cultures diverses, ont porté haute la culture gabonaise, qui nous ont transmis des émotions et des souvenirs, méritent notre reconnaissance et celle de la nation. Nous sommes conscients du chemin qui reste à parcourir pour parvenir à couvrir l’ensemble des champs relatifs aux droits d’auteurs et aux droits voisins. Tout comme nous sommes conscients que les choses auraient pu se présenter et s’organiser différemment. Mais, combien de temps eu-t-il fallu attendre encore, combien de disparu eu-t-il fallu compter encore, combien d’exploiteu-t-il fallu accomplir avant de passer enfin à la phase opérationnel » a indiqué le membre du gouvernement.

Un privilège, qui, selon le directeur général du Bureau Gabonais des Droits d’Auteurs et des Droits Voisins (BUGADA), Mesmin Obame Ella, concerne tout un chacun. «Vous avez créé une œuvre, quel qu’en soit le secteur, vous êtes donc concerné par le droit d’auteur. Et cette œuvre là, vous appartient, comme le terrain à bâtir appartient à celui qui l’a acquis. Il s’agit donc du principe du droit de propriété basé sur trois piliers inébranlables. A savoir : l’Usus, le Fructus et l’Abusus. Il s’agit ici d’abuser, d’user, et de récolter les fruits de ce qui vous appartient. En étant donc propriétaires, vous êtes libre de céder ce droit à un organisme de gestion collective pour répondre en vos lieux et places, de toutes les conséquences qui s’en suivent.Mais lorsque vous ne le faites pas, et bien il n’y a aucun contrat entre l’artiste et l’organisme. Vous êtes donc totalement disqualifié pour parler de la question du BUGADA »

Tout commence toujours par un premier pas, c’est une évidence. Et c’est ce premier pat qui a été posé ce jour. C’est un pat qui est peut-être encore hésitant, mal assuré, mais c’est un pas déterminan

A noter que c’est près de 80 artistes enregistrés au BUGADA qui ont reçu les premiers chèques relatifs au paiement des droits d’auteurs et des droits voisins, d’autres sont attendus.

Daisy Ntongono

Cliquez ici pour répondre au message ou le transférer

PARTAGER