Accueil Culture Nécrologie: Mackjoss n’est plus

Nécrologie: Mackjoss n’est plus

PARTAGER
DR.

La nouvelle de sa disparition est parvenue tard dans la nuit du 17 au 18 avril. L’artiste est décédé au centre hospitalier universitaire de Libreville. Il avait 72 ans.  

Personne n’accordait du crédit sur cette nouvelle.  Ce, d’autant plus qu’il y a plus  de trois semaines, cette même nouvelle avait fait les choux gras dans certains milieux, le concerné lui-même avait été obligé de démentir cette information qui avait pris de l’ampleur. Il semble que cette fois-ci,  Jean-Christian Makaya Mboumba, de son vrai, mais plus connu sur l’appellation de  Mackjoss, est décédé dans la nuit d’hier à aujourd’hui au Centre Hospitalier de Libreville. Il souffrait depuis longtemps déjà, à en croire ses nombreuses  hospitalisations. Il avait  72 ans.

Né le 20 juin 1946 à Mimongo, dans le département de l’Ogoulou dans la province de la Ngounié, Jean Christian Makaya Mboumba, aussi surnommé le «Baobab» de la musique gabonaise, au regard de la longévité et sa persévérance dans le milieu musical gabonais. Tôt,  Il embrasse une carrière musicale dans les années soixante. A 17 ans, il compose sa première chanson, intitulée «Tate na mame» (« Papa et maman » en langue ipunu.

Après avoir servi à Mélo-Gabon, Afro-Stars et Alliance-Rythme, il lance Negro-Tropical avec lequel il enflamme les planches de Gabon-Bar de René Maganga. En 1971, il est incorporé dans les forces armées gabonaises et fonde l’orchestre des FAG avec Martin Rompavet, John Abessolo et Mathurin Nzamba, entre autres.

Avec ce groupe, devenu Massako, l’homme va mener une des carrières les plus longues dans l’histoire de la musique gabonaise. Son tube « Le boucher » qui le propulse au devant de la scène dans les années soixante, continue d’être fredonné par quelques nostalgiques.

Fort de son récent succès avec la chanson « Tsakidi », Mackjoss s’est aussi risqué sur le terrain de la politique en se présentant aux dernières élections législatives dans la province de la Nyanga. Il compte par ailleurs plusieurs œuvres avec son groupe Massako. 

Nombre de ses œuvres ont été interprétées par plusieurs artistes, sur le plan national. Il compte aussi deux enfants artistes, comme Brack, qui s’était fait révéler sur la scène musicale, grâce à de Voice Afrique Francophone.

 La rédaction de pyramidmédiagabon.com ne peut que souhaiter une terre légère à cet artiste et adresse à toute la famille musicale gabonaise, toutes ses condoléances.

PARTAGER