Accueil Accueil Transport terrestre : Sogatra de nouveau dans la tourmente

Transport terrestre : Sogatra de nouveau dans la tourmente

PARTAGER
DR.

Les syndicalistes de la société gabonaise de transport (SOGATRA), ne supportent plus l’intrusion de la ministre du transport dans la gestion interne de leur structure.

Frustré de ce que la ministre des transports et de la logistique, Estelle Ondo, veuille régenter leur entreprise, par l’entremise d’un Comité de gestion mis en place à la Société gabonaise de transport (SOGATRA),et du fait que cette dernière estime que les actions syndicales n’ont pas leur place dans cette société, ou que celles ci doivent se dérouler avec son accord et celui de l’équipe dirigeante de la Sogatra, le syndicat des acteurs des transports terrestres (SYN. A. TRAT) s’insurge fortement contre cette ingérence du ministre de la tutelle.

Une ingérence d’autant plus mal perçue  que le 10 janvier dernier, il a été nommé à la tête de cette entreprise, un nouveau directeur général, en la personne d’Alphonse Oyabi. Mais force est de constater que trois mois après cette prise de fonction, le Directeur général de cette structure ne gère toujours absolument rien, et que c’est toujours le comité de gestion mis en place par le ministre du transport, qui malheureusement conserve et administre la gestion de l’entreprise. La question qui se pose aujourd’hui, est de savoir quel est le rôle du  directeur général dans cette entreprise ?

« Ce comité de gestion provisoire, mis d’ailleurs en place de manière informelle le 9 novembre dernier, en complicité avec Mme Estelle Ondo, décide jusqu’à ce jour, de la gestion continuelle de la Sogatra. Il procède ainsi à des détournements de fonds énormes,  des décaissements injustifiés. Une situation qui met à mal notre structure et surtout discrédite notre administration. Au vu de tout cela, nous disons non à cette manière de faire. Et demandons le départ de cette dernière du ministère des transports, a déclaré le président du Sy. A. TRAT, Rodrigue Tsanga.

Daisy Ntongono

 

PARTAGER