Accueil Accueil Choix du sélectionneur : c’est donc le gouvernement qui traîne le pas

Choix du sélectionneur : c’est donc le gouvernement qui traîne le pas

PARTAGER
Qui sera le futur technicien ?/©DR

Jusque-là, c’est le statu quo en ce qui concerne le choix du sélectionneur national et du directeur technique national. Alors que les  les regards étaient tournés vers la fédération gabonaise de football, on apprend que, le choix n’émane pas des services de cette instance de football dans notre pays, mais plutôt du gouvernement, via  le ministère des sports.

Pour tout dire, ce n’est pas pour demain que les Gabonais connaîtront l’identité du futur sélectionneur national et du directeur technique national. Deux dates sont passées, sans que la Fédération Gabonaise de Football, qui les avait annoncé, ne se prononce sur ces choix.

Aux dernières nouvelles, il est indiqué que ce dossier n’est plus entre les mains de l’instance dirigeante du football national, mais plutôt entre celles du ministère des sports, à qui les commissions en charge de l’examination des dossiers de candidature les lui ont remis.

«Ces rapports seront transmis au gouvernement qui procédera à son tour au choix du nouveau coach et du directeur technique national». «Le ministère intervient parce que c’est l’État qui paye les deux techniciens. Si ce n’était pas le cas, cela se ferait comme ailleurs, où c’est la fédération qui choisit le coach parce qu’elle le paye».

Tout est donc clair sur le choix de ces deux techniciens. Ici, la question qui revient est celle de savoir, le rôle de la fédération gabonaise de football, qui n’a même plus compétence à choisir les techniciens de l’équipe nationale, comme cela se passe sous d’autres cieux ? Quel est son impact dans le fonctionnement du football dans le pays, si elle ne peut même pas décider, sans l’aval du ministère des sports. Les techniciens qui seront choisis, ne rendront même des comptes qu’au ministère des sports, qui est son employeur.

 Pourtant, des moyens sont mis par les instances du football mondial et africain, afin que les fédérations ne soient pas assujetties.

Comme quoi, on se perd vraiment en conjoncture au Gabon. Et on exige des résultats ? Triste réalité !!!!!!!!!!!!!!!!!!

Lucka Martial 

PARTAGER