Accueil Accueil Bourses supprimées : éducation décapitée?

Bourses supprimées : éducation décapitée?

PARTAGER
Une précédente sortie des élèves/©DR.

La stratégie du Gouvernement n’est-elle pas de supprimer le système des bourses ? Octroi de la bourse d’enseignement supérieur aux bacheliers de 19 ans (au plus) ayant eu une moyenne de 12/20 au baccalauréat : qu’est-ce qui a bien pu pousser le Gouvernement à aller aussi loin ? De même, pourquoi refuser la bourse de manière aussi nette aux bacheliers du second tour ? Y a-t-il derrière cette décision une volonté (cachée) de supprimer la bourse au Gabon ? Alors, à bas la formation des jeunes Gabonais ? Plus besoin de préparer le Gabon aux défis et enjeux du futur ?

Dorénavant, au Gabon, il y aura, de toute évidence, de moins en moins de boursiers d’Etat au Gabon. Le dernier Conseil des ministres a décidé en effet de frapper dans le système éducatif ! Frapper le système éducatif en refusant d’octroyer la bourse à tous ceux qui obtiendraient le baccalauréat après les épreuves d’admissibilité. Frapper le système de formation des jeunes en refusant d’octroyer la bouse d’études à ceux qui obtiendraient leur baccalauréat…sans avoir eu 12 de moyenne. Une vraie punition pour les apprenants !

Très peu d’échos approbateurs

Même si la date d’exécution de cette mesure n’a pas été annoncée vendredi soir, on peut imaginer qu’elle entre en vigueur dès cette année. Pas de préparation psychologique donc pour nos jeunes : ils seront frappés dès cette année ! Imagine-t-on les dégâts que pourrait provoquer une telle mesure parmi les jeunes et parmi les parents d’élèves ? Déjà, dans l’opinion, cette mesure a trouvé très peu d’échos approbateurs. Que ce soit sur Gabon 1ère, sur RTN ou sur TV+, pour ne citer que ces chaînes de télévision publique et privées, les Gabonais demandent l’annulation pure et simple de ces mesures ; les confédérations syndicales sont vent debout, à commencer par le Congrès des Agents publics et parapublics (CAPPE) et Dynamique Unitaire. Pour leur part, certains parents d’élèves disent qu’ils se verront obligés de  »diminuer » l’âge de leurs enfants…afin que leur progéniture remplisse au moins le critère de l’âge au moment de l’examen ! Très peu de réactions positives à cette décision. Décision impopulaire, décision chaotique.

Vers la suppression d’un acquis républicain, la bourse d’études des jeunes Gabonais ?

Comment le Gabon va-t-il se préparer aux défis et enjeux du futur s’il supprime la bourse à plus de huit bacheliers sur dix ? Il est vrai que la réalité budgétaire est à parfaire en termes de consolidation, mais est-ce vraiment dans ce secteur qu’il faut chercher à faire des économies ? Est-ce vraiment dans ce secteur qu’il faut aller avec ciseaux couper des acquis républicains ? D’autres interrogations fusent au sein de l’opinion : d’ici à 2023, le Gabon aura-t-il encore 100 boursiers ? Et que dire du mépris pour les syndicats ? Alors que les pouvoirs publics ont toujours annoncé la mise en oeuvre du Dialogue social, on se rend compte à quel point les partenaires sociaux ont été ignorés avant la prise de cette décision. Encore une fois !…

On semble s’acheminer en réalité vers la suppression d’un acquis républicain pour les élèves et étudiants gabonais. Il y avait déjà des signes annonciateurs : depuis six ans, les élèves du secondaire ne perçoivent pas leurs bourses de manière régulière. En six ans, on leur a payé cinq trimestres de bourses seulement. Pour les étudiants, tant qu’ils n’ont pas barricadé leurs portails et mis le feu aux pneus sur l’avenue Paul-Marie Yembit (ex-Boulevard Léon-Mba), ils attendent indéfiniment le paiement de leurs allocations d’études. La mesure prise le 29 mars dernier par le Conseil des ministres semble sonner comme l’annonce d’une suppression définitive prochaine. Le Gouvernement semble avoir bien manœuvré là, mais l’opinion a tout compris : la bourse va être progressivement supprimée. Mais quid de la formation des jeunes Gabonais et de leur capacité à financer leurs études pour servir le Gabon ?

PARTAGER