Accueil Accueil Véhicules administratifs: Quand la Présidence octroie un véhicule à une boulangerie

Véhicules administratifs: Quand la Présidence octroie un véhicule à une boulangerie

PARTAGER
Le véhicule qui sert de courses à deux boulangeries/pyramidmédigabon.

 

A qui appartiennent les boulangeries situées à Nkembo et Cocotiers dans le deuxième arrondissement de Libreville ? La question est sur les lèvres des habitants de ces quartiers, depuis qu’un véhicule avec immatriculation de la présidence de la République, est chargé de faire les courses de ces maisons de fabrication de pain.

C’est un véhicule Mazda pick-up BT50 une cabine immatriculé 111V003 qui attire l’attention des populations des quartiers Cocotiers et Nkembo, dans le deuxième arrondissement de la commune de Libreville. Non pas que ce moyen roulant serait particulier dans sa fabrication. Il attire plutôt l’attention du grand nombre. Du fait de son immatriculation : 111V003 qui n’est autre que le numéro d’immatriculation des véhicules en service à la Présidence de la République.

 Ce véhicule, à en croire les habitants de ces quartiers, serait sorti de chez son concessionnaire, il y plus de trois mois, pour directement aller servir de véhicule de courses de deux boulangeries, appartenant certainement à un même  propriétaire, situées à Nkembo et Cocotiers. Chaque matin, indiquent nos sources, ce moyen roulant transporte farines et autres matériaux appartenant à ces boulangeries.

Depuis lundi dernier, certainement pour éviter l’attention des uns et des autres, ses nouveaux propriétaires ont mis une bâche, certainement pour cacher les nombreux sacs de farines et autres objets qu’il transporte pour le compte des dites  boulangeries.

Ici, le problème est que ce véhicule est un moyen roulant administratif, donc propriété  de l’Etat. Comment a-t-il pu se retrouver à cet endroit et pour servir une entité privée ? Le responsable du parc automobile de la Présidence serait-il au courant de cette pratique?

Où est l’égalité des chances lorsqu’on se permet de mettre une voiture administrative  à la disposition d’une entité privée ? Pourra-t-on, accepter que d’autres fonctionnaires utilisent leurs véhicules de service pour des affaires privées ?

Une autre situation qui vient mettre au goût du jour, qu’au Gabon les anciennes pratiques sont loin de prendre fin.

Triste réalité.

 

PARTAGER